[Avis] Le BGG – Le Bon Gros Géant de Steven Spielberg

« Le Bon Gros Géant » c’est l’alliance de deux géants : Roald Dahl, maître de la littérature enfantine, dont on fête le centenaire cette année, et Steven Spielberg, le grand conteur de Hollywood. Présenté au Festival de Cannes hors compétition, on l’attendait avec impatience, ce « BGG » !

BGG

Synopsis

Le Bon Gros Géant (Mark Rylance en  VO vu dans Le Pont des Espions, Dany Boon  en VF) ne ressemble pas du tout aux autres habitants du Pays des Géants. Il mesure plus de 7 mètres de haut et possède de grandes oreilles et un odorat très fin. Il n’est pas très malin mais tout à fait adorable, et assez secret. Les géants comme le Buveur de sang (Bill Hader) et l’Avaleur de chair fraîche (Jemaine Clement), sont deux fois plus grands que lui et aux moins deux fois plus effrayants, et en plus, ils mangent les humains. Le BGG, lui, préfère les schnockombres et la frambouille. À son arrivée au Pays des Géants, la petite Sophie, une enfant précoce de 10 ans qui habite Londres, a d’abord peur de ce mystérieux géant qui l’a emmenée dans sa grotte, mais elle va vite se rendre compte qu’il est très gentil. Comme elle n’a encore jamais vu de géant, elle a beaucoup de questions à lui poser. Le BGG emmène alors Sophie au Pays des Rêves, où il recueille les rêves et les envoie aux enfants. Il va tout apprendre à Sophie sur la magie et le mystère des rêves…

via http://www.metrofilms.com/

Avis :  Le BGG,  la BGD  ( bonne grosse déception) ?

BGG et Sophie
Le BGG (Mark Rylance) et Sophie (Ruby Barnhill) – copyright Metropolitan

 

Disons- le de suite,  oui, j’ai été déçue par le BGG…

Le film est un mélange de prise de vues réelles et d’images numériques… On peut d’ailleurs le voir en 3D. Mais là n’est pas le problème à mon avis.

Le rythme de la première partie est poussif, et cette partie avec les géants avait un goût de déjà -vu pour moi. En effet, j’y ai vu des points communs avec «  Jack Le chasseur de géants« , « Les voyages de Gulliver 3″D ou encore « Into the Woods » …
De même, la vue de Londres la nuit a déjà été vue des dizaines de fois.

Côté technique, je n’ai pas vraiment apprécié la 3D du film … Il faut dire que mes lunettes ne fonctionnaient pas bien, mais cette 3D obscurcit vraiment l’image et mine un peu le travail de photographie.

L’adaptation est plutôt fidèle au roman . « Le Bon Gros Géant » raconte bien comment Sophie, l’orpheline solitaire, et un gentil géant souffleur de rêves, rejeté par ses pairs, vont devenir amis et combattre de terribles géants cannibales…Le passage sur grand écran a grandement affadi l’œuvre de Roald Dahl. Et certains ajouts ne sont pas nécessaires…
Cependant, Spielberg a quelques bonnes idées de mise en scène  (les rêves, le jeu sur la différence de taille entre Sophie et le géant, le Bon Gros Géant qui se cache dans le jardin de la Reine) mais l’ensemble manque de légèreté et d’originalité.

the BFG
Sophie (Ruby Barnhill) -copyright Metropolitan films
Quelques scènes sont amusantes, notamment celles à Buckingham Palace.
Le film se passant dans les années 80, il est amusant d’écouter la Reine passer un coup de fil à « Boris » ou à « Nancy » aux US !
Et je vous passe le moment  « savouricieux  » dû aux effets de la « frétibulle », boisson qui produit une explosion gazeuse verdâtre par le séant de celui qui la boit !
Mais pour ces quelques instants de sourire, le reste semble plutôt terne, toute la noirceur ou l’irrévérence de Roald Dahl est presque gommée…  ne restent vraiment en mémoire que l’histoire d’amitié et la rencontre avec la Reine.
Il y a néanmoins les jolies séquences des rêves. Le Bon Gros Géant concocte ainsi un rêve avec Sophie pour la Reine, mélangeant plusieurs songes. Et là, fugacement, la magie opère. Les rêves soufflés par le géant, scénarisés par une petite fille, ce sont bien sûr des films…
Le BGG – Le Bon Gros Géant : Photo Penelope Wilton, Rafe Spall, Ruby Barnhill
Penelope Wilton, Rafe Spall, Ruby Barnhill dans Le BGG– Le Bon Gros Géant

 

En parlant de la petite fille, loin de moi l’idée de charger la barque, mais j’ai trouvé que la jeune actrice (Ruby Barnhill) n’était pas toujours très douée. Peut-être que parler à un acteur couvert de pastilles et que d’évoluer sur un fond vert l’a impressionnée.  Rien à voir par exemple avec le jeu de Drew Barrymore ou Henry Thomas dans E.T … On est d’ailleurs très loin de la magie de E.T.
Les autres acteurs que l’on voit en chair et en os, sont plutôt à l’aise et semblent s’amuser … en particulier, Penelope Wilton (« Downton Abbey,” ou encore « Indian Palace » ) est très bien dans le rôle de la Reine d’Angleterre, souveraine au grand cœur.
Rebecca Hall ( « Une promesse) « et Rafe Spall (« Prometheus« ) n’ont que deux petits  rôles, certes sympathiques : ils jouent les fidèles domestiques de la Reine.
« Le Bon Gros Géant » est un film mineur de Spielberg. A réserver aux petits -et grands- enfants.
Je suis donc bien déçue d’autant plus que je suis plutôt fan de Steven Spielberg . J’ai vraiment regretté de ne plus avoir entre 5 et 9 ans, et de ne pas avoir conservé mon âme de gosse pour apprécier pleinement les 1 h 57 du film !

 

 

BGG – LE BON GROS GÉANT

Date de sortie en salle le 20 juillet 2016

Réalisé par Steven Spielberg
Avec Ruby Barnhill, Rebecca Hall, Mark Rylance, Penelope Wilton

  • Titre original : THE BFG
  • Durée : 01h57min

Le roman de Roald Dahl : 

LE BGG livre
(c) Folio

1 commentaire sur “[Avis] Le BGG – Le Bon Gros Géant de Steven Spielberg

Répondre à Lili Galipette Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.