Le Genou de Claire
[Avis] Captain Marvel avec Brie Larson et Samuel L. Jackson – Les écrans de Claire
Menu Fermer

[Avis] Captain Marvel avec Brie Larson et Samuel L. Jackson

Le film CAPTAIN MARVEL va – t-il  plus haut, plus loin, plus vite que les autres films de super-héros ?  Le girl power affiché du film est -il  présent ? Voici l’avis de Florian. 

L’histoire 

 

« CAPTAIN MARVEL », la toute nouvelle aventure des studios Marvel, nous entraîne dans les années 1990, époque inédite au sein de l’Univers Cinématographique Marvel.

Le film raconte comment Carol Danvers va devenir l’une des plus puissantes super-héroïnes de l’univers.

Alors qu’une guerre galactique opposant deux races d’aliens atteint la Terre, la jeune femme se retrouve précipitée au cœur de la bataille, aidée de quelques alliés.

Avis : Un Marvel merveilleux ?

Est-ce l’overdose de super-héros ou le constat que le genre n’a pas encore su évoluer et s’émanciper des standards du schéma classique de l’origin story, mais CAPTAIN MARVEL laisse un goût d’inachevé en ressortant de son visionnage.

En effet, si l’histoire tente de ne pas se dérouler de manière chronologique, mais en jouant avec les différents flash-back à coup de manipulation mentale, pour proposer dans le dernier tiers du film un compréhension de ce qui a permis à l’héroïne d’acquérir ses pouvoirs, qui lui appartiennent dès les premières minutes du film, le long-métrage ne peut s’empêcher de donner une impression de déjà-vu.

Kevin Feige semblait pourtant comprendre parfaitement les forces et faiblesses du genre super-héroïque pour essayer de se renouveller continuellement et apporter une véritable fraîcheur dans le paysage, il n’a cependant pas réussi à masquer cette impression.

Pourtant, le scénario propose de nombreuses bonnes idées. En nous montrant dès le début le pouvoir des ennemis – les skrulls – le film cherche à nous montrer qu’il est nécessaire de toujours être méfiant sur ce qui est montré. Cela n’empêche pas d’avoir une réelle surprise lorsque le twist est révelé, un twist très politique, mais qui ne fait qu’effleurer la surface des choses, et manque l’occasion pour Marvel Studios de prendre une position politique dans le monde actuel, comme son homologue papier peut le faire (notamment avec tout l’arc de Sam Wilson en Captain America).

Là où le film réussit son propos, c’est sur la place de la femme. On pouvait s’attendre à ce que le message féministe soit martelé à grands coups de moments chocs, mais au contraire, c’est fait avec beaucoup de finesse, notamment au travers de tous les personnages féminins bien écrits. Qu’il s’agisse de propos sur la place de la femme dans le monde ou de la transmission, le film émancipe beaucoup plus la femme que n’a pu le faire Wonder Woman chez la Distinguée Concurrence.

La réalisation est assez impersonnelle, et si chez Marvel Studios, les pattes propres de chaque réalisateur était atténué pour avoir une cohérence en terme de réalisation, le duo derrière la caméra n’arrive pas forcément à imposer suffisamment un style pour n’offrir que du plat.

Au niveau du casting, force est de reconnaître que Samuel L. Jackson porte tout le film grâce à son immense charisme. Bien loin du super-espion désabusé que l’on a vu depuis de nombreuses années, il campe ici un personnage beaucoup plus naïf et jovial qu’auparavant, tandis que Brie Larson ne parvient pas à briller de mille éclats. Il lui manque peut-être d’évoluer en équipe pour réellement s’imposer dans le rôle.

En prenant place dans les années 90 (incroyablement à la mode en ce moment, il suffit de voir toutes les suites/remakes de film de cette époque), le film évite de faire du fan-service et propose son intrigue intelligemment. C’est l’occasion de quelques blagues, d’un caméo de Stan Lee très réel (puisque pour la première fois depuis Les 4 Fantastiques et le Surfeur d’Argent, il joue son propre rôle en parlant de son lien avec le cinéma) et surtout de jouer avec la chronologie déjà bien établie du MCU, en proposant quelques clins d’oeil (parfois trop appuyés) à ce qui a été présenté précédemment.

Comme toujours avec Marvel Studios, deux scènes post-génériques concluent le film, l’une sérieuse et l’autre plus humoristiques.

Loin de révolutionner le genre, CAPTAIN MARVEL propose un film féministe pas très innovant réservant néanmoins quelques surprises. On aurait pu avoir pire mais on s’attendait surtout à mieux…

Florian Bizieux

CAPTAIN MARVEL
AU CINÉMA EN FRANCE LE 6 MARS 2019

https://disney.fr/films/captain-marvel

#CaptainMarvel

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :