[Avis] Everest avec Jason Clarke, Josh Brolin , Jake Gyllenhaal

« Everest » va t-il atteindre des sommets au box office ? Le film a fait l’ouverture du dernier Festival de Venise et celle du Festival du film américain de Deauville 2015. Le pitch ? Jason Clarke, Jake Gyllenhaal, Josh Brolin tentent l’ascension du Mont Everest. Keira Knightley et Robin Wright vont-elles déplacer des montagnes pour retrouver leur homme ?

EVEREST-Affiche-France-c-Universal
Avis sur « Everest »

Le livre s’inspire d’un best-seller, Into Thin Air  rédigé par le journaliste Jon Krakauer,  présent lors du drame de l’Everest du 10 mai 1996.*
Première partie intéressante, préparation physique et psychologique. Superbes paysages. On a l’impression d’être en voyage au Népal … Le film a  en effet été tourné au Népal, dans les contreforts de l’Everest,  mais aussi dans les Alpes italiennes et aux studios Cinecittà   et Pinewood.

Jason Clarke- Everest

On assiste à tous les préparatifs des grimpeurs, à  la présentation des personnages, et même à leur préparation spirituelle avec les moines locaux …. Mais l’idée de pèlerinage n’est pas au cœur du scénario. Comme la bande annonce nous le montre, on est plus proche d’un film catastrophe que des chemins de Compostelle. De même les motivations des personnages principaux ne sont qu’abordées rapidement. une chose est certaine, les victimes de la tragédie de 1996 étaient tous des alpinistes chevronnés, et partageaient tous l’ambition de d’aller au bout de leurs rêves : battre un record pour  l’alpiniste Yasuko Namba (âgée de 47 ans, l’Everest fut son 7 e sommet), planter un drapeau pour une école pour Doug Hansen (John Hawkes), facteur de son état…

On découvre en revanche une opposition entre Rob Hall, l’alpiniste sérieux, bientôt papa (Jason Clarke, pas mal, et à mille lieux de la Planète des singes) et Scott Fischer,  la tête brûlée (Jake Gyllenhaal, qui nous avait habitué à mieux, car son rôle est à mon sens un peu caricatural). Cependant cette rivalité est assez vite évacuée, au profit de l’épopée et du film catastrophe à grand spectacle.

L’expédition commence donc et vire au cauchemar. Mais lentement … Du coup certaines morts paraissent subites, alors que le réalisateur s’attarde lourdement sur certaines agonies. De  même on s’attarde sur la famille de certains personnages, et pas sur celles d’autres alpinistes. Mais un film ne peut rendre toute la vérité d’une situation, on se doute bien que le portrait des alpinistes ont été « dramatisés »…

Everest

En revanche, l’ascension est plus que réaliste. Le réalisateur et son équipe ont tourné dans des conditions extrêmes, à haute altitude, dans les Dolomites, par – 30°, 12 à 14 heures par jour pendant un mois et demi.Nous avons donc vraiment l’impression d’être sur le toit du monde avec les héros du film. Côté immersion  j’ai rarement vu mieux. A rapprocher de « Himalaya, l’enfance d’un chef » où le blizzard filmé n’était pas fait en images de synthèse.

Et certains moments peuvent être source d’angoisses surtout si on est sensible. Cependant, bizarrement j’ai eu les yeux secs devant certaines scènes qui aurait dû me fendre le cœur, surtout sachant qu’il s’agit d’une histoire vraie – par exemple lorsque Rob téléphone à sa femme enceinte … Ce n’est pas la faute des acteurs qui font tous du bon travail,  quelque soit l’ampleur de leur rôle (Emily Watson, Josh Brolin, keira Knighley, Robin Wright…) C’est plutôt la mise en scène qui m’a laissée relativement de marbre, quoique très efficace.

Everest Josh Brolin
Certains plans sont magnifiques, et la 3D fonctionne très bien, donnant une belle profondeur et du relief aux paysages. Le sauvetage héliporté est impressionnant. La fin, elle, me semble très classique : on y voit  retour des rescapés et le générique nous expliquant ce que sont devenus les rescapés du blizzard sur l’Everest et leur famille, avec leur photos.

Si vous recherchez des sensations fortes et une description de l’alpinisme de haut niveau, « Everest » devrait exaucer vos souhaits, et vous ferez fi des quelques défauts et facilités de la narration.

 

everest 2

 

EVEREST de Baltasar Kormákur

avec Jason Clarke, Josh Brolin , John Hawkes

« Inspiré d’une désastreuse tentative d’ascension de la plus haute montagne du monde, EVEREST suit deux expéditions distinctes confrontées aux plus violentes tempêtes de neige que l’homme ait connues. Luttant contre l’extrême sévérité des éléments, le courage des grimpeurs est mis à l’épreuve par des obstacles toujours plus difficiles à surmonter alors que leur rêve de toute une vie se transforme en un combat acharné pour leur salut. »

Avec Jason Clarke, Josh Brolin, John Hawkes, Robin Wright, Michael Kelly, Sam Worthington, Keira Knightley, Emily Watson, Jake Gyllenhaal.

*Une biographie rédigé par Beck Weathers autre survivant du drame a également été publiée.

Crédits photos : Universal Studios

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.