[Avis] JIMMY’S HALL de Ken Loach

 

Retour sur le dernier film Ken Loach, sorti le 2 juillet. Ken le militant signe avec « Jimmy’s Hall » son ultime oeuvre, et il n’a rien perdu de ses convictions.
( c) LE PACTE
L’histoire
« 1932 – Après un exil de 10 ans aux États-Unis, Jimmy Gralton rentre au pays pour aider sa mère à s’occuper de la ferme familiale.
L’Irlande qu’il retrouve, une dizaine d’années après la guerre civile, s’est dotée d’un nouveau gouvernement. Tous les espoirs sont permis…
Suite aux sollicitations des jeunes du Comté de Leitrim, Jimmy, malgré sa réticence à provoquer ses vieux ennemis comme l’Eglise ou les propriétaires terriens, décide de rouvrir le « Hall », un foyer ouvert à tous où l’on se retrouve pour danser, étudier, ou discuter. À nouveau, le succès est immédiat. Mais l’influence grandissante de Jimmy et ses idées progressistes ne sont toujours pas du goût de tout le monde au village. Les tensions refont surface. »
AVIS
Je revendique haut et fort …le fait d’aimer « Jimmy’s Hall ».
Après la très sympathique  » Part des Anges », en 2012 et le passionnant documentaire  » L’esprit de 45″ en 2013 , Ken » la Fronde  » nous entraîne, à nouveau, à 78 ans, avec ses convictions intactes, dans son tourbillon de colère.
Cette histoire réunit, pour moi ,toutes les qualités du film qui, à mes yeux , demeure dans les esprits .
Certains diront que c’est un » petit » Loach, que ce n’est pas un chef – d’oeuvre (voire pire).
En ce qui me concerne, j’ai trouvé ce film émouvant, éducatif , dépaysant, tout simplement beau.
Je me réjouis toujours de voir un film qui se déroule en Irlande.
Je suis toujours fascinée par la beauté et la rudesse des paysages  (c’est ma cure de vert ! ) et la force de caractère des personnages.
Là encore, je n’ai pas été déçue car le héros, Jimmy Gralton, merveilleusement incarné par le charismatique Barry Ward est vraiment une belle personne – dans tous les sens du terme. Un personnage d’autant plus touchant qu’il a réellement existé.
Cet homme athée, étiqueté communiste, arrive à forcer le respect du prêtre, le père Sheridan très finement interprété par Jim Norton. J’ai trouvé leurs échanges sur la religion très intéressants.
Ce film très classique ne brille pas par son originalité. Mais Ken Loach est vraiment doué pour les scènes collectives qu’il sait rendre soit joyeuses, soit poignantes.
Les scènes de danse dans la campagne ou dans le dancing sont vraiment entraînantes…. Elles sont  d’une grande simplicité mais c’est vraiment un bon moment de cinéma.
 Il y règne un tel goût de vivre, une telle vitalité malgré l’intolérance et la pauvreté ambiante !
La musique, très dynamique, joue un rôle prépondérant dans cette histoire.
 Ce que j’apprécie particulièrement, c’est l’absence de » mélo ».
 On est souvent saisi, mais on ne pleurniche pas devant la manière dont Monsieur Loach montre l’injustice !
 L’histoire se déroule dans les années 30 mais les problèmes soulevés sont d’actualité ( allusions entre autres, à l’éducation qui peut être considérée comme une menace par certains… )
 Ce film était en compétition, représentant la Grande – Bretagne au festival de Cannes 2014 . Il n’a pas fait grand bruit. Cela n’est pas gênant pour les admirateurs fidèles de Ken Loach qui trouveront toujours un moyen de le visionner dans les salles obscures : ils ne perdront pas leur temps dans ce hall irlandais.
JIMMY’S HALL
Un film de Ken Loach
scénario de Paul Laverty
AU CINÉMA LE 2 JUILLET
En savoir plus : http://www.le-pacte.com/
JIMMY’S HALL – Bande-annonce VOST

2 commentaires sur “[Avis] JIMMY’S HALL de Ken Loach

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.