Menu Fermer

[Avis] JOJO RABBIT de Taika Waititi

Alors qu’on commémorait ces jours-ci les 75 ans de la libération d’Auschwitz, Jojo Rabbit, « comédie sur le nazisme » débarque sur les écrans français aujourd’hui.
Le film, bien que controversé, aligne déjà les récompenses (Grand Prix à Toronto, un Golden Globes) et 6 nominations aux Oscars…

Voici l’avis de Florian sur le nouveau film de Taika WAITITI.

JOJO RABBIT est une satire se déroulant pendant la Seconde Guerre Mondiale.
Jojo est un petit allemand solitaire. Sa vision du monde est mise à l’épreuve quand il découvre que sa mère cache une jeune fille juive dans leur grenier. Avec la seule aide de son ami aussi grotesque qu’imaginaire, Adolf Hitler, Jojo va devoir faire face à son nationalisme aveugle. 

 

Après le succès commercial de Thor : Ragnarok, et en attendant l’arrivée sur grand écran d’un nouvel opus du dieu Asgardien, ou de l’adaptation live d’Akira, Taika WAITITI revient sur le grand écran avec une adaptation de livre qu’il porte depuis plus de 8 ans, l’histoire d’un enfant en pleine Allemagne nazie ayant pour ami imaginaire Adolf Hitler. Si le réalisateur n’a pas hésité à rajouter de la comédie à l’œuvre originale, il n’en ressort pas moins un film dramatique, poignant et à voir.

Car au-delà du pitch qui prête à sourire, le film raconte surtout le vécu d’une famille allemande déchirée par la guerre, qui tente de continuer à vivre au sein d’une idéologie malfaisante.
Entre les jeunesses hitlériennes, la Résistance ou encore la Gestapo, Taika WAITITI retrace énormément de faits de l’époque en y ajoutant régulièrement une pointe d’humour pour ne pas sombrer dans la déprime générale. Bien mieux dosées que dans Thor : Ragnarok -il faut dire que l’omniprésence de gags en faisait sa plus grande faiblesse, réduisant le film à un enchaînement de sketches-, les scènes humoristiques se basent essentiellement sur l’absurde.
Qu’il s’agisse des absurdités idéologiques de l’époque, de comique de répétition ou encore de gags visuels, l’humour est varié et permet surtout de rendre encore plus poignantes les scènes dramatiques qui parsèment le film, à l’instar de la scène des chaussures qui peut briser des cœurs … comme rarement des films ont su le faire dernièrement.

Au niveau du casting, c’est un sans-faute. Dans les rôles secondaires évidemment, avec une Scarlett JOHANSSON parfaite en femme forte qui ne se laisse jamais abattre ou encore Sam ROCKWELL en capitaine nazi complètement désabusé et juste. Mais Roman GRIFFIN DAVIS, rôle principal, ( quasi sosie du jeune acteur principal du Tambour) ne fait jamais pâle figure aux côtés des adultes et propose un personnage tout en nuance, déchiré par la volonté d’appartenir à un groupe et les valeurs qu’il a pu apprendre.
Niveau musiques de film, deux morceaux, anachroniques sortent du lot, notamment avec une des meilleures utilisations de « Heroes » de David BOWIE.

Jojo Rabbit est un film fort, qui parvient à nous faire aussi bien rire que pleurer, grâce à une réalisation juste qui parvient à troubler l’équilibre parfait entre comédie et drame.

Illustrations et synopsis de Jojo Rabbit © 20th Century Studios FR

Jojo Rabbit

Réalisé par Taika Waititi.
Avec Roman Griffin Davis, Thomasin McKenzie, Taika Waititi, Rebel Wilson, Stephen Merchant, Alfie Allen, avec Sam Rockwell et Scarlett Johansson

Au cinéma le 29 janvier 2020 !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :