Le Genou de Claire
[Avis] LA MOITIE DU CIEL de Abdelkader Lagtaâ – Les écrans de Claire
Menu Fermer

[Avis] LA MOITIE DU CIEL de Abdelkader Lagtaâ

 

« Dans les années 1970, le poète Abdellatif Laâbi est arrêté pour délit d’opinion, torturé et condamné à dix ans de prison. Sa femme, Jocelyne, une enseignante française, se mobilise pour sa libération… »  Tel est le synopsis visible sur Allociné.

lamoitie

« LA MOITIE DU CIEL »  a été le film de clôture du festival  « Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen Orient ». Michèle nous livre son avis.

moitié du ciel 2
© Du Goudron et des Plumes Productions

 

J’écris ton nom, LIBERTÉ …

Cette célèbre phrase de Paul Eluard trouve particulièrement du sens dans le destin de Jocelyne et Abdellatif LAABI dont un épisode de la vie est narré dans  » la Moitié du ciel.  »

Ce film intéressant a été projeté, le dimanche 19 avril 2015, en avant-première nationale à l’Institut du Monde Arabe, pour clôturer le Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen Orient.
Le réalisateur Abdelkader Lagtaâ et une grande partie de l’équipe du film étaient présents.
Parmi eux se trouvaient Anas El Baz qui interprète le poète Abdellatif Laâbi et la fille de ce dernier, Qods Laâbi qui incarnait Evelyne Serfaty, amie de ses parents et soeur d’Abraham Serfaty – connu pour son fervent militantisme des droits de l’homme.

moitié du ciel
© Du Goudron et des Plumes Productions

« La moitié du ciel »( la femme dans la pensée chinoise ) est à la fois un documentaire et un récit autobiographique où Jocelyne Laâbi ( Sonia Okacha, très sincère) raconte  » les années de plomb  » au Maroc.
Son mari , poète , écrivain, directeur de la revue Souffles a été arrêté pour délit d’opinion, torturé et condamné à 10 ans de prison.

 

La défense de la liberté d’expression est toujours d’actualité dans le monde.
Cet hommage rendu à ceux qui ont combattu pour la préserver est fondamental.

sonia okacha
© Du Goudron et des Plumes Productions

 

Ce que j’ai particulièrement apprécié dans ce long-métrage est que l’histoire soit racontée par une femme.
Jocelyne Laabi a écrit  » La liqueur d’Aloès  » dont le film s’inspire mais dont la vie dans les années 70 n’avait rien de sirupeuse.
L’énergie, la détermination et le courage pour assister son mari dont elle a fait preuve sont remarquables. Cela doit s’appeler tout simplement l’amour …

Ce film nous rappelle – à l’image de  » La révolution des femmes « , excellent documentaire de Fériel Ben Mahmoud – combien la gente féminine tient un rôle déterminant dans le changement de la société.
Bien que j’ai trouvé l’histoire passionnante, j’ai été un peu moins conquise par la réalisation un peu trop classique et l’intrusion trop forte d’une musique « mélo ».
Le jeu des acteurs est très convaincant.
Abdellatif Laâbi lui – même a apporté une grande collaboration à l’écriture de ce long métrage.
Ce film doit être particulièrement émouvant pour les personnes qui ont connu cette période troublée et qui ont approché les victimes.
Parmi les spectateurs de l’IMA , les larmes étaient au rendez-vous.
Il est difficile d »être insensible à des scènes , où l’injustice fait rage, particulièrement poignantes.

Au moment où j’écris ces lignes , ce film n’avait pas encore trouvé de distributeur en France.
Espérons que ce manque sera prochainement comblé.

la moitié du ciel
Qods Laâbi et la responsable cinéma à l’IMA, Layane Chawaf (c) Michèle pour legenoudeclaire.com

 

 LA MOITIE DU CIEL

(Half the sky, 2014)

Date de sortie inconnue
Réalisé par Abdelkader Lagtaa
Avec Sonia Okacha, Anas El Baz, Sarah-Laure Estragnat
Genre :   Drame, biopic
Nationalité Marocain , français

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :