[Avis] La Vanité de Lionel Baier avec Carmen Maura

Voici l’avis de Michèle sur « La Vanité »  de Lionel Baier. Ce film, présenté dans la section Acid du dernier festival de Cannes, sort le 2 septembre 2015.

vanité poster

Par une belle journée d’été, s’enfermer dans une salle obscure pour voir un film traitant de l’euthanasie , était- ce une saine aventure ?
Ma réponse est affirmative surtout lorsque le film est classé comme une comédie, créée par un jeune réalisateur plein d’humour et de talent.

Lionel Baier aborde, avec une fine intelligence et une maturité certaine, le sujet délicat du suicide assisté, qui est une véritable institution en Suisse et qui, en France, est toujours soumis à controverse.

Dans » Quelques heures de printemps » avec Hélène Vincent et Vincent Lindon, Stéphane Brizé abordait également ce sujet mais il utilisait un ton beaucoup plus désespéré.

 » La Vanité » parle de la mort mais le ton n’est ni ni larmoyant ni mélodramatique, mais il n’est pas pour autant traité à la légère.

Chaque scène est surprenante dans le sens où ce qui devait se passer ne se déroule pas comme prévu.

La mise en scène est remarquable, riche en rebondissements …

Le cinéaste semble s’amuser, avec des détails comme un rideau qui bouge , en créant un suspense à la Hitchcock … qui n’est pas forcément suivi d’effets.

(c) Happiness distribution
(c) Happiness distribution

Le cadre est particulier.
Presque toute l’action se passe dans un vieux motel proche de Lausanne.
Mais pas n’importe quel motel puisqu’il a été construit par le personnage principal, David Miller, qui était architecte.
Un lieu qui évoque de nombreux souvenirs à notre » candidat au suicide » car il l’ avait conçu avec son épouse, s’inspirant des motels qui jalonnent la route 66.

Les chambres de ce bâtiment voué à l’abandon sont curieusement décorées de peintures du 17 ème siècle dont une « vanité » peinte par Holbein le Jeune.

Cet endroit favorise une ambiance vraiment insolite avec un petit zeste de fantastique …

Les acteurs sont tous très attachants.
Même si David Miller, magistralement interprété par Patrick Lapp, n’est pas spécialement sympathique !
Le cinéaste nous le présente comme un être arrogant, individualiste plus marqué par ses œuvres que par sa vie familiale.
Mais cette insensibilité n’est qu’apparente.
Au contact d’Esperanza, l’assistante au suicide ( émouvante et pétilllante Carmen Maura ) et de Tréplev ( formidable Ivan Georgiev ) prostitué russe de la chambre d’à côté, le septuagénaire malade va s’ouvrir aux autres.

Ces trois personnes, d’origines sociales très différentes, sont amenées à vivre ensemble une histoire unique, à la fois étrange et sentimentale d’une grande humanité.

Et puis écouter Claude Nougaro ou Dimitri Chostakovitch donne la chair de poule …

Je ne me suis donc pas ennuyée dans ce long métrage qui ne dure que 75 minutes, un temps suffisant pour inciter à une réflexion sur la vacuité de l’existence.

Ce film avait été sélectionné au Festival de Cannes dans la section ACID. Cette année, il a également été retenu pour le prochain festival de Locarno.

image
(c) Happiness distribution

 

LA VANITÉ

De Lionel Baier

Avec

Patrick Lapp, Carmen Maura, Ivan Georgiev, Adrien Barazzone, Stéphanie Blanchoud

Sortie le 2 septembre 2015

Dsitributeur : Happiness distribution
Bande annonce :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.