[Avis] L’affaire SK1 de Frédéric Tellier avec Raphaël Personnaz et Olivier Gourmet

L’Affaire SK1 relate la longue traque de Guy Georges, « le tueur de l’est parisien », durant les années 90. Le film de Frédéric Tellier sort sur nos écrans le 7 janvier 2015. Remettez-vous des agapes des fêtes avec ce film qui prend aux tripes.

affiche-de-L-Affaire-SK1-avec-Raphael-Personnaz

AVIS

« SK1 pour Serial Killer n°1 ». Après avoir vu les images de la bande annonce, j’hésitais à voir le film. J’avais un peu peur que ce film consacré à un tueur en série ayant réellement existé soit  trop glauque pour moi.

Alors, c’est vrai, tout est très réaliste (les photos des victimes sont inspirées directement des vraies, le procès a été tourné dans la cour d’assises, le réalisateur a fait en sorte que tout soit le plus proche de la réalité, il a par exemple consulté Franck Magne ou Frédérique Pons, l’avocate de Guy Georges pour le scénario.Frédéric Tellier a travaillé en collaboration avec l’équipe du 36, Quai des Orfèvres …) Mais le film ne se complaît pas dans le malaise et l’horreur. Il se concentre sur l’enquête.

Les références au cinéma de genre policier,  en particulier à celui de Melville sont bien entendu très visibles (il me semble avoir aperçu un poster de « L627 » de Tavernier dans les bureaux  ?), mais Franck Magne fait aussi penser, de par son obsession à trouver le tueur,  au policier  américain de « Zodiac » et à celui coréen de « Memories of Murder ».  Frédéric Tellier a su créer une ambiance lourde, tout en créant des moments de respiration bienvenus (pause entre collègues, naissance d’un enfant …).

affaire sk1

Tellier dépeint le quotidien de la brigade du « 36 quai des Orfèvres » : pas d’ordinateur, pas de téléphone portable… Point d’analyses d’ADN…du moins pas au début de l’enquête qui a duré 8 ans… Le Fichier National Automatisé des Empreintes Génétiques fut en effet créé en 1998. L’arrestation de Guy Georges l’aurait promu.
Peut -être que certaines scènes étaient dispensables, mais elles permettent de poser le contexte historique de l’époque.

Passons à Guy Georges (Adama Niane):  le film n’est pas un biopic de Guy Georges, Tellier souhaitant plutôt saluer le travail des enquêteurs que de chercher à analyser la personnalité complexe du tueur en série. Cependant, les scènes où apparaissent Adama Niane sont très fortes. Cet acteur (inconnu de moi) est bluffant, glaçant, émouvant, on lui souhaite de trouver d’autres rôles comme celui-là à l’avenir !

On gardera longtemps en mémoire la scène des aveux, un plan-séquence muet, sorte de duel entre quatre murs entre Franck Magne et Guy Georges. On n’entend aucun son et pourtant tout est dit entre les deux protagonistes. Quant à nous, on imagine… Fabuleux ! Il y a d’autres belles scènes dans le film, je pense à celles du procès, mais chut…

Franck Magne, ce policier acharné, « pur et dur », est incarné par Raphaël Personnaz. Raphaël Personnaz a rencontré le personnage qu’il incarne et a eu accès aux éléments clefs de l’enquête. Il me semble que c’est l’un de ses meilleurs rôles. Le jeu de Personnaz est sobre, il n’en fait pas trop ( il aurait pu tomber dans le cliché du flic qui s’oublie dans le travail et se met tout le monde à dos, y compris sa famille.) Je trouve que c’est un acteur très expressif. Ainsi je n’oublierai pas son regard lorsque son personnage devient père, et apprend qu’il a une fille ! Fatigue, peur, joie… tout se mêle à cet instant.(Pour l’anecdote, l’infirmière annonçant la naissance est la fille de Franck Magne.)

Comme d’habitude, Olivier Gourmet et Michel Vuillermoz sont très bons, tout comme Marianne Denicourt et Nathalie Baye en avocate atypique (Frédérique Pons) qui « cherche l’humain derrière le monstre ».Citons également Christa Théret interprétant avec sensibilité la « rescapée » Elisabeth Ortega.

sk1

« L’Affaire SK1 » est un thriller efficace clairement influencé par Verneuil, Melville, Tavernier, Costa-Gavras (pour ne citer que les réalisateurs français revendiqués par le réalisateur). A partir d’une histoire vraie qui nous remue encore à l’heure actuelle, le réalisateur reconstitue avec fidélité toute une époque et rend hommage au travail de fourmi fourni par les enquêteurs. On ressort de cette séance très tendu(e) et aux aguets.

 

L’ Affaire SK1

Produit par Labyrinthe Films

Distributeur : SND

Durée : 120 minutes

En salles le 7 janvier 2015

avec : Raphaël Personnaz, Nathalie Baye, Olivier Gourmet, Michel Vuillermoz, Adama Niane

Pour en savoir plus sur le film, vous pouvez réécouter l’interview de Raphaël Personnaz sur Séance Radio.

Crédits photos : SND

Mes photos souvenirs de l’avant première de novembre :
image
image

image

image

(c) legenoudeclaire.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.