Le Genou de Claire
[Avis] LE GRAND JOUR de Pascal Plisson – Les écrans de Claire
Menu Fermer

[Avis] LE GRAND JOUR de Pascal Plisson

 

En nous emmenant « Sur le chemin de l’école » en 2013, Pascal Plisson avait conquis le cœur de nombreux spectateurs, réjoui les producteurs et séduit les professionnels (qui lui avaient attribué le César 2014 du meilleur documentaire).

Avec « Le grand jour », le succès devrait être aussi au rendez – vous.

Le grand jour - affiche
(c) Pathé Distribution

Ce documentaire est dans la lignée du précédent.

Les similitudes commencent par l’affiche magnifique où quatre jeunes et beaux  visages rayonnent dans des univers très différents.

Les valeurs véhiculées sont également semblables , à savoir  le respect, le courage et l’amour familial …

Il y a beaucoup d’amour réciproque entre les parents et les enfants dans ce documentaire où des jeunes mettent en place leur avenir.

Le père de Nidhi est chauffeur de tuk-tuk  en Inde, un pays où la naissance d’une fille n’est pas toujours  considérée comme une bénédiction .
Pourtant cet homme, qui n’est pas instruit, encourage , avec  fierté  et tendresse , sa « super matheuse » de fille à entreprendre des études d’ingénieur .

Les parents d’Albert , qui vivent séparés , se rejoignent dans leur sentiment d’admiration pour leur fils qui souhaite entrer dans un académie de boxe  à Cuba.

Il faut voir les parents de Deegi, la petite contorsionniste de Mongolie , attendre les résultats d’un concours pour comprendre leur émotion et leur détermination.

De même , Tom, 20 ans , qui est le plus âgé du « quatuor  »  sélectionné par le réalisateur, parle avec affection de ses parents dont il est séparé pendant sa formation de » ranger  » en Ouganda.
Et la fête qui lui est réservée, à son retour  dans son village, est un moment de liesse inoubliable.

Presque trop beau ?

Comment le cinéaste a t-il fait pour ne trouver que des éléments très positifs ?

Il a fait appel à des producteurs qui  ont réalisé un casting dans chaque pays.

Dans tous les cas, ces jeunes représentent la première génération d’enfants, issus de milieux sociaux peu favorisés,
qui peuvent avoir un avenir.

Beaucoup de cinéastes nous imposent l’obscurité dans leur façon de filmer .
Pascal Plisson a fait le choix de la lumière omniprésente dans ce film en 4 K.
Une lumière naturelle qui est un parti pris artistique pour le documentariste et qui est sublimée par la photographie de  Simon Watel  ( déjà opérant dans » sur le chemin de l’école « ).

L’intérêt du film réside également dans la diversité des projets des enfants et les différences au niveau des coutumes et du cadre de vie.
Les ambiances de chaque pays sont bien décrites . que ce soit la ville indienne ou la savane africaine,  un village mongol ou une  grande cité cubaine.
Ces images nous rappellent l’importance de l’eau qui n’est pas toujours courante …

On assiste également aux repas sans avoir l’impression de déranger.
L’équipe cinématographique, composée de seulement cinq personnes,  se voulait le plus discrète possible .
C’est pourquoi les protagonistes semblent tellement naturels et se sont accoutumés rapidement à la présence de la caméra.

Le Grand Jour rencontre
Le Grand Jour, rencontre avec Pascal Plisson, Nidhi Jha, Albert Ensasi Gonzalez Monteagudo, Tom Ssekabira

C’est ce qu’ils nous ont confirmé lors d’une conférence qui a suivi la projection en avant première.
Seule la petite Deegi n’avait pas quitté sa Mongolie natale mais elle se rendra prochainement au Japon avec l’équipe, pour présenter le film.
Les trois autres adolescents semblaient ravis de visiter Paris.
Il ont exprimé leur reconnaissance envers cette expérience de cinéma qui leur a apporté encore plus confiance en eux.
Pascal Plisson a précisé » qu’on ne peut pas diriger ces enfants . Le mieux c’est de les observer en train de vivre . On connait leur vie par cœur et on finit  par anticiper .  C’est très inspirant « .
Et de reprendre le célèbre  » à cœur vaillant , rien d’impossible « .

Le réalisateur veut accompagner ces jeunes, comme il l’a fait sur « le chemin de l’école » .
«  Ce qu’on veut, c’est leur donner les moyens d’aller dans l’école de leurs rêves . »

Le seul reproche qu’on puisse faire à Monsieur Plisson est de nous faire sortir nos mouchoirs  à chacune de ses réalisations !
L’émotion se lisait en effet sur tous les visages des spectateurs lors de cette projection.
On ne s’ennuie pas une seconde dans ce documentaire très vivant qui sait aussi être drôle .
Une vision rassurante et pleine d’espoir de l’humanité.

 

LE GRAND JOUR

de Pascal Plisson

(1h26min)

avec Nidhi Jha, Albert Ensasi Gonzalez Monteagudo, Deegii Batjargal, Tom Ssekabira

Sortie le 23 septembre 2015.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :