[Avis] MAUVAISE GRAINE ( Non essere cattivo ) de Claudio Caligari

MAUVAISE GRAINE (« Non essere cattivo » ), film posthume de Claudio Caligari sera sur nos écrans le 11 mai 2016.

Copyright Bellissima Films
Copyright Bellissima Films
Synopsis : 
1995, près de Rome. Vittorio et Cesare qui se connaissent depuis 20 ans, sont comme des frères inséparables. Leur quotidien se résume aux discothèques, à l’alcool et aux trafics de drogues … Mais ils paient cher cette vie d’excès. Après avoir rencontré Linda, Vittorio semble vouloir changer de vie. Cesare lui, plonge inexorablement…
Avis :
A priori , le cadre est plutôt agréable . Nous sommes au bord de la mer , en banlieue mais pas de grandes barres d’immeubles gris à l’horizon . Il n’y a pas non plus de villas luxueuses.
L’histoire se passe dans une banlieue ouvrière où la mafia a tissé sa toile et où la drogue s’est implantée avec force .
Ce film nous plonge donc dans l’enfer de la drogue, du vendeur au consommateur.
Cesare ( Luca Marinellli ) et Vittorio ( Alessandro Borghi ) font les deux : ils dealent et consomment sans arrêt drogues et alcool.
Le spectateur est abreuvé – parfois jusqu’à l’écœurement – de scènes de consommation de substances en tous genres.
Les deux amis d’enfance semblent s’accommoder de cette vie jusqu’à ce que Vittorio prenne conscience des dégâts de ces excès sur son organisme .
Les yeux exorbités, l’air hagard  devant des visions hallucinatoires, Alessandro Borghi interprète son rôle d’une façon remarquable.
Il en est de même pour la qualité du jeu de Luca Marinelli ( vu dans » La Grande Bellezza   » de Paolo Sorrentino ) qui est d’une présence incroyable.
L’interprétation des acteurs me semble être un des atouts majeurs de ce film.
Le scénario m’a semblé un peu confus en voulant traiter plusieurs sujets à la fois.
En dehors de la drogue et de la mafia, de l’amitié entre Cesare et Vittorio et de leurs histoires d’amour respectives, la prostitution, le chômage, le manque d’argent, la maladie incurable de la nièce de Cesare tous ces thèmes sont abordés.
On a l’impression que le réalisateur a voulu dépeindre toute la société marginale italienne dans son film testamentaire puisqu’il est décédé le 26 mai 2015 , à la suite d’une longue maladie, avant d’avoir pu clôturer  son film.
C’est son ami acteur et producteur Valerio Mastandrea qui a terminé le film à sa mort.
Est- ce ce dernier qui a souhaité apporter une fin plutôt heureuse, une note d’espoir à ce sujet très noir ou était-ce le vœu de Claudio Caligari ? Difficile de savoir …
En tout cas  le film m’a semblé durer plus longtemps que son temps réel ( 1h40 ). Certaines scènes auraient peut-être gagné à être écourtées.
La mise en scène n’est pas très originale mais la photographie est réussie et la musique agréable.
Ce film n’est donc pas dénué d’intérêt.
Une preuve irréfutable pour moi : il a continué de « me trotter dans la tête » longtemps après l’avoir vu !
C’est un signe, pour moi, qu’il s’agit d’un film fort, avec des images choc, une histoire de dépendance et de désespérance remarquablement interprétée.
Michèle

MAUVAISE GRAINE

( Non essere cattivo )
de Claudio Caligari
Sortie le 11 mai 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.