[Avis] MICROBE ET GASOIL de Michel Gondry

Avis sur le dernier Michel Gondry :  « Microbe et Gasoil ».

(c) StudioCanal

Il n’est pas dangereux d’être hypergondryaque.

C’est même recommandé pour se désintoxiquer des films hyper réalistes et hyper violents qui pullulent sur nos écrans.

Vous pourrez déjà juger du ton  de « Microbe et Gasoil » en lisant son synopsis : « Les aventures débridées de deux ados un peu à la marge : le petit « Microbe » et l’inventif « Gasoil ». Alors que les grandes vacances approchent, les deux amis n’ont aucune envie de passer deux mois avec leur famille. A l’aide d’un moteur de tondeuse et de planches de bois, ils décident donc de fabriquer leur propre « voiture » et de partir à l’aventure sur les routes de France… »

Microbe et Gasoil

Microbe et Gasoil ne sont pas des super- héros mais des ados très malins, surdoués de la bricole. Ils nous entraînent dans une escapade farfelue mais pas aussi folle qu’on aurait pu l’attendre du génie inventif de Michel Gondry.

Dans « the We and the I  » en 2012, Gondry avait déjà abordé avec subtilité les problèmes de jeunes adolescents (américains). Tout le film se déroulait dans un bus –  encore un engin roulant, mais plus classique.

La maison sur roues de « MICROBE ET GASOIL » est une excellente idée qui symbolise bien le besoin d’évasion et d’intimité revendiqué par la plupart des ados.

Un endroit rien qu’à soi : quel jeune âgé de 14/15 ans n’a pas rêvé d’un espace réservé, interdit aux adultes ?

Ce film est avant tout l’histoire d’une amitié très forte entre deux garçons qui se sentent incompris.

Mais ce qui en fait particulièrement le charme, c’est l’observation très fine du cinéaste des comportements des futurs adultes : les premiers émois amoureux, l’éveil à la sexualité , la détestation de son corps, la chambre en désordre….
Tout cela sent le vécu !
On pense évidemment beaucoup au réalisateur poétique à travers le portrait de Microbe, un doux rêveur et qui dessine à merveille. Et d’ailleurs le réalisateur a indiqué que c’était son alter ego.
Gasoil est également extraordinaire, à la marge, d’une grande acuité … Ce serait selon Michel Gondry un mélange de plusieurs de ses amis d’enfance.

Les deux garçons sont attachants : ils ne semblent pas toujours très à l’aise avec les dialogues que le cinéaste a concoctés pour eux. Il faut dire qu’il faut arriver à placer « Panégyrique » dans un dialogue !
Ces deux jeunes acteurs se débrouillent tout de même très bien dans ces rôles originaux.
Ange Dargent ( quel joli nom ! ) est Daniel Guéret dit Microbe. C’est son premier rôle.Et on espère que ce n’est pas le dernier.
Théophile Baquet se glisse aisément dans la peau de Théo Leloir dit Gasoil. Ce jeune homme a beaucoup de  » panache « . Vous avez peut -être pu déjà voir le fils de Grégori Baquet et Alexandra Gonin dans « La Nouvelle Guerre des Boutons » en 2011.

Les adultes sont au second plan.
Audrey Tautou que l’on a déjà pu voir dans  un jour de Michel Gondry, « L’Ecume des jours »,  ne joue pas  » le rôle de sa vie » en mère dépressive de Microbe.
D’ailleurs, on ne sait pas quel microbe l’a piquée pour qu’elle soit aussi triste !
La mère de Gasoil est désespérément souffrante.
Le père de Microbe est assez inexistant. Celui de Gasoil n’est pas plus sympathique.
Un tableau familial plutôt tristounet.

Même si MICROBE ET GASOIL n’est pas toujours abouti, et un peu bric à brac, on sourit souvent dans ce film car certaines situations sont vraiment croustillantes.

Et on a vraiment envie de remercier Monsieur Gondry pour ses œuvres pleines de tendresse et de poésie !

MICROBE ET GASOIL

de Michel Gondry

Sortie le 8 juillet 2015.
Réalisé par Michel Gondry avec Ange Dargent, Théophile Baquet, Diane Besnier… –  1h44

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.