[Avis] Noé de Darren Aronofsky

J’attendais ce film depuis le Showeb. Ce « Noé« signé Aronofsky est-il un déluge d’effets spéciaux ou de bons sentiments ? Ou un mélange des deux ? Ou rien de tout ça  ?  Tentative de réponse dans les lignes ci-dessous.

AVIS

« On peut violer l’Histoire, pourvu qu’on lui fasse de beaux enfants » disait Alexandre Dumas.

Même si je n’aime pas cette expression, je me demande ce que le célèbre auteur aurait pensé de cette interprétation très très libre de la Bible. Le réalisateur Darren Aronofsky s’inspire tout d’abord d’une bande dessinée qui s’inspire du texte originel, texte qui lui-même connaît plusieurs versions…
Certes, le scénario de « Noé « s’inspire de la Genèse, et de l’histoire de l’Arche de Noé, mais le scénariste et le réalisateurs ont ajouté d’autres éléments de leur propre imagination.  Comme  il s’agit d’un texte de foi,  il faut également accepter de ne pas tout analyser de façon rationnelle. Sinon, vous aurez peut-être du mal  avec les Néphilims (anges déchus ) qui ressemblent à des golems – ou plutôt de gros cailloux éclairés de l’intérieur – et certains miracles.  Il faudra se laisser embarquer et accepter la création de personnages comme celui d’Ila (Emma Watson)…

Si vous vous attendez à une illustration classique du récit de Noah/Noé – récit que l’on peut aussi découvrir dans le Coran ou la Torah –  c’est raté.
Le réalisateur se sert de Noé et de son Arche pour deux choses :  du grand spectacle, et pour nous décrire un peu le cœur humain.
Noé à force de vouloir remplir son destin , est prêt aux pires sacrifices, notamment à tuer  la chair de sa chair. Cela vous rappellera d’autres mises à l’épreuve bibliques. Mais cette folie est proche de l’envie de perfection du personnage de Natalie Portman dans « Black Swan », par exemple.

J’ai bien aimé « Noé », certaines scènes sont très émouvantes, assez intimes, d’autres plus « grand spectacle ». J’ai trouvé que les acteurs s’en sortaient très bien. Russell Crowe est assez sobre en Noé : pas facile de conter la création du monde au coin du feu et que ça ait l’air naturel ! Mais ce sont Emma Watson et Logan Lerman (déjà aperçus ensemble dans le Monde de Charlie) qui me semblent intéressants : j’ai trouvé leurs tourments très humains. Logan Lerman en particulier est très expressif et assez subtil, il aurait pu se contenter de jouer le fils frustré et en colère, sans montrer de fragilité…  Jennifer Connelly, habituée à travailler avec le réalisateur, est bien touchante en mère »courage » et femme aimante.

Bien entendu, Darren Aronofsky nous livre une interprétation assez torturée de la Bible…  Et j’ai été surprise du résultat. Il faut entrer dans le film, mais sur moi ça a fonctionné la plupart du temps ( j’ai trouvé le temps un peu long à la toute fin.)
Au final, « Noé » est un film ambitieux qui n’a pas voulu choisir en grand spectacle et film d’auteur psychologico-métaphysique (comme certains Terrence Malick).

***

#Russellcrowe & #jenniferconnelly à l’avant première de #Noé de #darrenaronofsky. #latergram #souvenirs

A photo posted by Claire (@ecransclaire) on

J’ai eu la chance d’assister à l’avant-première de NOÉ le 1er avril au Gaumont Marignan. Vous trouverez une photo et une présentation du film par  Russell Crowe et Jennifer Connelly en vidéo ( cela fera coup double avec la bande annonce.)

Noé

(Noah)

Réalisé par Darren Aronofsky

Avec Russell Crowe, Jennifer Connelly, Emma Watson, Douglas Booth, Logan Lerman, Ray Winstone, Anthony Hopkins …

Synopsis  : Russell Crowe est Noé, un homme promis à un destin exceptionnel alors qu’un déluge apocalyptique va détruire le monde. La fin du monde… n’est que le commencement.

 

««AU CINÉMA LE 9 AVRIL 2014««

Retrouvez toutes les informations concernant NOÉ sur :

https://www.facebook.com/Noe.lefilm

https://twitter.com/paramountfr

#Noé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.