Le Genou de Claire
[Avis] Nos étoiles contraires avec Shailene Woodley, Laura Dern et Willem Dafoe. – Les écrans de Claire
Menu Fermer

[Avis] Nos étoiles contraires avec Shailene Woodley, Laura Dern et Willem Dafoe.

 Avis sur le mélodrame de l’été : « Nos Etoiles Contraires ».

 

affiche TFIOS

 

Synopsis :

« Hazel Grace et Gus sont deux adolescents hors-normes, partageant un humour ravageur et le mépris des conventions. Leur relation est elle-même inhabituelle, étant donné qu’ils se sont rencontrés et sont tombés amoureux lors d’un groupe de soutien pour les malades du cancer. »

AVIS

Le pitch de  » Nos étoiles contraires » est simple : une fille, un garçon, et l’histoire d’un amour extraordinaire, compromis par la maladie.

Adaptation du roman éponyme écrit par John Green, « Nos étoiles contraires » ressemble à un « Love story » adolescent : adaptation d’un roman, la maladie qui bouleverse l’histoire d’amour…  La différence est que les deux héros sont plus jeunes (16 et 17 ans) et sont tous deux malades du cancer (ou en rémission). Résumé ainsi, le script semble racoleur. Que nenni. C’est la même histoire que celle du livre original de John Green.
J’avais dévoré le roman et pensais savoir à quoi m’attendre en allant voir l’adaptation -enfin, si le film respectait l’histoire du roman original.  J’avais quelques réserves sur le livre, comme, par exemple, la fin qui m’avait pourtant surprise et déstabilisée, et le personnage de Van Houten.

En même temps, j’étais très intéressée par l’idée d’une adaptation et le fait de revoir Shailene Woodley, l’actrice qui monte, dans le rôle de l’ado Hazel Grace.
Premier constat :  le scénario est fidèle au livre. Citations directes la plupart du temps, respect des personnages… quelques personnages ont bien été supprimés ou ont vu leur rôle réduit. La mise en scène ne m’a pas marqué :  je me suis laissée porter et je me suis surtout concentrée sur l’histoire et son respect du livre de Green.
L’adaptation cinématographiques a « édulcoré » certains passages sur la maladie et modifié certains éléments de l’histoire, notamment sur la fin du film. Mais pourquoi pas. J’ai d’ailleurs préféré le final du film. Et j’avoue que même en connaissant l’histoire, j’ai pleuré en voyant le film vers la fin surtout !
On aura beau « se blinder », il est difficile de garder les yeux secs devant « Nos étoiles contraires ». Les spectateurs sensibilisés à la maladie du cancer seront certainement très remués par le film mais « Nos étoiles contraires » ne montre rien d’insoutenable (J’ai trouvé que « Alabama Monroe » était plus dur et ne parlons pas de l’inédit en France et très bien « Decoding Annie Parker) . Il ne minimise pas l’impact de la maladie non plus sur la vie personnelle des adolescents et de leur famille. La famille de Gus est cependant moins présente que celle de la jeune Hazel, ce qui constitue une petite différence avec le roman.
Enfin , il s’agit de rappeler que le roman et le film sont des œuvres de fiction, non des documentaires. Le traitement que suit Hazel n’existe pas, par exemple; et le film nous épargne les détails du traitement et les effets secondaires de ceux-ci. L’histoire se concentre plus sur l’histoire d’amour des deux héros, leurs doutes. Doivent-ils saisir l’instant présent ou comme Hazel le pense, ne pas vivre leur histoire d’amour afin d’éviter les dommages collatéraux et ne pas faire de mal, ne pas causer plus de peine ou de chagrin. Bref, comment vivre ses désirs d’ado quant on n’a pas la vie devant soi, quand le futur semble compromis ? C’est toute la question du film et c’est bouleversant.

On sourit beaucoup aussi car les deux héros du film, Gus et Hazel sont pleins d’humour. Le personnage d’Isaac apporte un plus au récit original et c’est également le cas dans le film  (Isaac est incarné par le très bon Nate Wolff vu récemment dans « PALO ALTO » de Gia Coppola). Dans l’ensemble, l’interprétation est bonne, Ansel Elgort et Shailene Woodley en tête. Ils forment un beau couple ; cela fait un peu bizarre de les voir amoureux après les avoir vus frère et sœur dans « Divergente »  même si  ce n’est pas gênant au final. Physiquement ils ne ressemblent pas trop à la description physique de Hazel Grace et de Gus. Qu’importe. Shailene est attachante et Ansel Elgort, en plus d’être craquant, a le sourire en coin d’Augustus Waters. C’est un plaisir de revoir Laura Dern : elle incarne la mère de Shailene Woodley avec conviction mais sans en faire trop dans le lacrymal. Et  Willem Dafoe a vraiment la « gueule de l’emploi » pour incarner Peter Van Houten.

La bande originale est agréable (avec des inédits de Birdy, Ed Sheeran, Lykke Li, Charli XCX et Grouplove ), et promet d’être une source de hits !
Donc dans l’ensemble,  j’ai bien aimé le film. Après, il faut aimer les romances et les mélodrames (non ce n’est pas sale et c’est même un genre qui existe depuis le cinéma muet. )
Les allergiques aux  « Je t’aime » chuchotés,  à la scène de « baiser romantique »n’iront sans doute pas voir ce film. En même temps, ils n’auront sûrement pas lu ce texte.
Pour les autres, je dirais que l’on voit peu de films en ce moment qui se concentrent sur une histoire d’amour sans verser dans la comédie. Donc profitez-en.
Je vous conseille aussi la lecture du livre … et d’emporter un paquet de mouchoirs.
« Nos étoiles contraires », c’est définitivement l’histoire d’amour ultime, le « Love story » de notre époque. D’ailleurs, le film vient de remporter 7 Teen choice awards
(meilleur second rôle, révélation masculine, meilleure alchimie dans un film, meilleur baiser).

nos-etoiles-contraires-le-film

FICHE FILM Nos Étoiles Contraires

Titre original : The Fault in Our Stars

Réalisateur : Josh Boone

Avec  : Shailene Woodley, Ansel Elgort, Laura Dern, Willem Dafoe

Date de sortie : 20 Août 2014

Durée : 2h05

Twitter :  #nosetoilescontraires #TFIOS

Site officiel : www.thefaultinourstarsmovie.com

Le roman « Nos Étoiles Contraires » de John Green est publié aux éditions Nathan.

le tumbler du film : http://nosetoilescontraires-fr.tumblr.com/

Bande annonce

 

Bonus :VIDÉOCOULISSES La musique du film

2 Comments

    • Claire

      Ce n’est pas une histoire spécialement destinée pour les adolescents à mon avis. Même si les héros sont en effet des « ados ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :