[Avis] UNE FEMME HEUREUSE (the Escape), avec Gemma Arterton, Dominic Cooper et Jalil Lespert.

« Une Femme Heureuse » , en salles le 25 avril, est un drame conjugal passé par le TIFF et le Festival des Arcs… Gemma Arterton nous émeut dans le rôle d’une jeune mère au foyer dépressive même si elle semble avoir tout pour être heureuse.

Synopsis

Tara est une jeune mère qui vit dans la banlieue de Londres. Femme au foyer, elle passe ses journées à s’occuper de ses enfants, de sa maison et à attendre le retour de son mari le soir. Cette vie calme et rangée lui pèse de plus en plus, jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus supporter sa situation. Elle commence à se promener dans Londres, redécouvre le plaisir de s’acheter des livres, et songe à suivre des cours d’art. Son mari Mark, qui travaille dur chaque jour, ne comprend pas ses nouvelles envies. Tara prendra sur elle jusqu’au jour où, acculée, elle pensera à changer de vie.

Avis :

Il se dégage beaucoup d’authenticité et de sensibilité dans ce film émouvant.
L’ambiance naturaliste, la façon de filmer l’héroïne, sa morne routine et les petits détails, que ce soient les plans sur les mains qui se crispent, les silences, le regard embué de l’héroïne ou dénué de toute vie, les visages … tout sonne juste.
Les acteurs sont très bien (surtout Gemma Arterton et Dominic Cooper) et les personnages bien écrits, nuancés. L’entourage ne voit pas la détresse de Tara , ou du moins ne sait pas comment y réagir.
A aucun moment le mot  » dépression  » et « aide psychologique » ne sont prononcés par l’entourage de la jeune femme. La mère de Tara pense que c’est juste une phase et que sa fille n’a aucune raison de se plaindre. Seul le spectateur semble vraiment témoin du profond mal -être de la jeune femme.

Le mari incarné par Dominique Cooper n’est pas un salaud absolu, il ne peut pas comprendre que sa femme ne se satisfasse pas des mêmes choses que lui : une belle maison, deux enfants… Il répète à Tara qu’ils ont de la chance, ne la prend pas au sérieux au début, mais finit par être très malheureux de voir le comportement de sa femme changer.
Dominique Cooper est très crédible dans le rôle du mari de Tara, il y a des moments où on se range de son côté , d’autres moments on on se range du côté de Tara.

Gemma Arterton ,déjà touchante dans « Gemma Bovary« , témoigne d’une grande maturité de jeu. On voit la fatigue, la tristesse les frustrations, le dégoût s’afficher sur son visage, mais aussi aussi la libération, l’espoir… Elle est à mille lieux de la James Bond Girl qu’elle a incarné dans le passé.
Gemma Arterton est totalement crédible dans le rôle de cette desperate housewife d’une banlieue londonienne. Le couple de cinéma qu’elle forme avec Dominic Cooper semble vraiment naturel (les deux acteurs ont déjà travaillé ensemble sur le film de Frears, « Tamara Drewe », ce qui explique peut-être cette impression de connexion.)

Un jour Tara a un déclic, elle prend le train pour Londres et se découvre une envie : avoir une activité intellectuelle et créative, prendre des cours d’art et du temps pour elle-même. En feuilletant des livres d’art, elle a un coup de cœur pour la tapisserie La Dame à la Licorne… Ce coup de foudre intellectuel la mènera jusqu’à Paris, au Musée du Moyen Age de Cluny…. et à faire sienne la devise de la dame « Mon seul désir ».
Elle fera la rencontre d’un photographe … Jalil Lespert joue le French lover avec conviction (pour l’anecdote il s’agit de son premier rôle entièrement dans la langue de Shakespeare). Mais on s’en doute, Une femme heureuse n’est pas une conte de fées…Même si le personnage de Marthe Keller a des airs de « bonne fée »… C’est un beau personnage pour Mlle Keller, il s’agit d’un bel exemple de sororité, de solidarité féminine… Cette Parisienne a été touchée par la tristesse de notre héroïne et il faut dire que nous aussi, on est ému par Tara, une femme ordinaire que l’on a l’impression de comprendre et de connaître. « Une femme heureuse » est donc un portrait de femme réussi et subtil.
Le style de Dominic Savage à la fois minimaliste et réaliste, accompagné d’une belle musique mélancolique, convient bien à la description d’une vie simple, avec ses répétitions et la sensation que le temps s’étire…
La fin elliptique est en revanche un peu frustrante, mais logique car c’est un film très épuré et plus dans la suggestion des émotions que dans les explications psychologiques et la démonstration.

UNE FEMME HEUREUSE

(the Escape)

Un film de Dominic Savage

Avec Gemma Arterton, Dominic Cooper et Jalil Lespert.

Au cinéma le 25 avril 2018

Distribution : KMBO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.