[Avis] VISITE OU MÉMOIRES ET CONFESSIONS de et avec Manuel de Oliveira

 

Parlons du film posthume « VISITE OU MÉMOIRES ET CONFESSIONS » de Manoel de Oliveira, passé au dernier festival de Cannes, un mois après le décès du réalisateur portugais.  La sortie en salles de cet inédit est prévue le 6 avril 2016.

unnamed
(c) Epicentre Films
Synopsis :
 En 1982, Manoel de Oliveira réalise un film dans le plus grand secret qui ne devait être visible qu’après sa mort. VISITE OU MÉMOIRES ET CONFESSIONS est un film autobiographique sur sa vision de la vie, son cinéma et la demeure familiale qu’il a tant aimée.
Avis :
 Un homme et une femme, comme des visiteurs invisibles, échangent en voix- off  des propos souvent très poétiques autour d’arbres magnifiques puis à l’intérieur d’une maison.
Qui sont-ils, des cambrioleurs, des voyeurs… ?
C’est le début d’une visite peu ordinaire où le spectateur pénètre dans l’intimité de Manoel de Oliveira.
Le cinéaste apparaît subitement.
Bon pied, bon œil, malgré ses 74 printemps, il se dit criblé de dettes et contraint de vendre cette demeure qu’il a acquise en 1942 , deux ans après son mariage avec Maria Isabel, époque qui a vu également la réalisation de ses premiers longs métrages.
 Même si la maison a « pris des rides » – selon sa propre expression- le cinéaste lui reste très attaché et se délecte à photographier en détail chaque objet.
C’est une obligation pour lui de garder une trace de cette demeure dont il est si fier, entre autres parce qu’elle a été conçue par un architecte français.
Il effectue un travelling méthodique, de pièce en pièce,  accompagné d’une sonate de Beethoven. La caméra épouse ses pas, lentement, très lentement.
Ce document a été réalisé il y a 34 ans et semble pourtant filmé d’une façon très moderne…
La promenade est douce et mélancolique, ponctuée de nombreuses photos des enfants et petits enfants du maître cinématographique.
On sent que le réalisateur accorde une grande importance à sa famille qu’il nous décrit minutieusement.
Lors de ce long métrage, seule sa femme Maria Isabel délivre quelques mots sur sa vie et nous parle de sa passion pour les fleurs.
Monsieur de Oliveira évoque son enfance, l’entreprise de son père qu’il admirait beaucoup.
Le ton est docte et même s’il n’est pas envahi par les larmes, l’émotion est perceptible.
Le témoignage est précis, toujours accompagné de documents photographiques ou de vidéos.
Français : Manoel de Oliveira à la Cinémathèqu...
Manoel de Oliveira à la Cinémathèque Française le 3 juillet 2008 (Photo credit: Wikipedia)
Le réalisateur prolixe évoque son goût pour le cinéma dès son plus jeune âge. Né en 1908, il a connu le cinéma muet …
Lorsqu’il décède le 2 avril 2015, à l’âge de 106 ans, il est le premier cinéaste à avoir réalisé un film alors qu’il était centenaire.
Evidemment quand il a tourné ce film, l’homme ignorait qu’il exercerait son art encore pendant plus de trente ans !
Un bel exemple où l’art et la vie sont intimement mêlés.
Manoel de Oliveira parle également de ses années noires où il a été arrêté pour ses idées politiques sous la dictature salazariste.
 Cette visite est une belle balade contemplative, entre clarté et obscurité.
 Une invitation à un voyage intérieur à la fois poétique et réaliste qui ravira tous les admirateurs du grand cinéaste.
 Ce film a été projeté dans le cadre de « Cannes Classics » au festival de Cannes 2015.

Cannes Film Festival

VISITE OU MÉMOIRES ET CONFESSIONS

Le film posthume de MANOEL DE OLIVEIRA

Portugal / 1982 /68′ / Couleur

Au cinéma le 6 avril 2016

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.