Le Genou de Claire
[Avis] Wonder Wheel de Woody Allen avec Kate Winslet – Les écrans de Claire
Menu Fermer

[Avis] Wonder Wheel de Woody Allen avec Kate Winslet

Avis express sur Wonder Wheel de Woody Allen que j’ai fini par aller voir…
Que vaut le nouveau cru du réalisateur américain * ?

Synopsis

Wonder Wheel croise les trajectoires de quatre personnages, dans l’effervescence du parc d’attraction de Coney Island, dans les années 50 : Ginny, ex-actrice lunatique reconvertie serveuse ; Humpty, opérateur de manège marié à Ginny ; Mickey, séduisant maître-nageur aspirant à devenir dramaturge ; et Carolina, fille de Humpty longtemps disparue de la circulation qui se réfugie chez son père pour fuir les gangsters à ses trousses.

(via AlloCiné)

Kate Winslet © Mars Films

C’est l’heure de parler du Woody Allen annuel. Enfin, presque annuel, puisque le dernier Woody date de 2016. Pour le festival de Cannes (de 2016 donc), Woody avait réalisé  « Café Society« , un film qui ne m’a pas laissé un souvenir impérissable,  puis il s’est lancé dans une série télévisée sur Amazon « Crisis in six scenes« .Cette courte série est assez décevante malgré quelques bons moments et des interprètes au top (dont Miley Cirus !) La roue tournera – t-elle avec « Wonder Wheel » ? Est-ce avec une merveille ou un film poussiéreux ?

Disons le tout de go : ce n’est pas avec « Wonder Wheel » que Woody Allen va se renouveler…
New York, Coney Island, les années 50, musique jazzy (toujours sélectionnée avec goût), des mafieux, des personnages qui voient leur destinée entrelacée…  On connaît la chanson. Même la typo du générique est recyclée de ses précédents films. Sans parler du recours à la voix off d’un personnage (Mickey, profession : maître-nageur) pour débuter l’histoire.

Oui, on peut dire que Woody Allen tourne en rond.  En même temps pourquoi changer une recette qui marche ?  C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes, paraît-il…
On sait donc ce qu’on va trouver au menu de « Wonder Wheel ». Encore faut-il que la mayonnaise prenne. Et pour plaire au spectateur, le réalisateur a recruté une super équipe dont un directeur de la photographie de talent et de bons techniciens . Comme pour « Magic in the moonlight » la  photographie est vraiment soignée, les décors réduits au minimum sont très bien faits.

Juno Temple et Justin Timberlake © Mars Films

Woody Allen sait choisir ses acteurs : cette fois il a recruté Kate Winslet (excellente), James Belushi (rude et  fragile à la fois), la jeune Juno Temple ( bon choix) et surprise  : Justin Timberlake qui joue une sorte d’alter ego du réalisateur sans en reprendre les tics et les névroses.

En parlant des  personnages, ils sont intéressants, en particulier celui de Ginny,  actrice devenue serveuse, frustrée et  adultère. Cette femme se sent coupable du départ de son ex -mari, de la pyromanie de son fils, mais elle ne peut s’empêcher de recommencer ses erreurs . Elle souffre de plus d’une terrible jalousie car son amant lui préfère sa belle- fille … Toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé  n’est  certainement pas fortuite  sur ce coup-là : Woody Allen faisant clairement allusion à son ex-femme Mia Farrow et à son épouse actuelle qui est en même un temps sa belle-fille adoptive.

Ginny, c’est un peu Jasmine de « Blue Jasmine », un peu Blanche Dubois dans ‘Un Tramway nommé désir’, un peu la méchante reine dans « Blanche Neige »… et Kate Winslet incarne parfaitement cette femme cyclothymique, parfois exaltée parfois dépressive…Un rôle tout en montagnes russes émotionnelles à la (dé) mesure de la comédienne !

La belle fille Carolina, ingénue qui a pourtant connu bien des choses à moins de trente ans,  est un beau personnage, le spectateur sera sans doute touché par ses apparitions.

Bref, « Wonder Wheel  » ne prend pas de risques, mais peut compter sur Kate Winslet et ses camarades de jeu pour tirer son épingle du jeu. Le film n’est pas une déception totale grâce à son interprétation et à sa belle mise en images.

Kate Winslet et Justin timberlake © Mars Films

*NB :  je ne parlerai pas de la polémique qui oppose Allen à sa fille Dylan Farrow qui l’accuse d’abus sexuels dans son enfance ; cet article ne vise qu’à donner un avis sur un film dans sa globalité.

WONDER WHEEL
de Woody Allen
avec Kate Winslet, James Belushi, Juno Temple, Justin Timberlake, …
Sortie le 31 janvier 2017
Bande annonce  VOST (via Mars Films)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :