Cannes 2015 : Trois souvenirs de ma jeunesse – Arnaud Desplechin – avec Mathieu Amalric

J’ai eu la chance de voir en avant-première à Paris TROIS SOUVENIRS DE MA JEUNESSE réalisé par Arnaud Desplechin. Le film a été présenté au public lors de la Quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes 2015. Il a d’ailleurs remporté le prix SACD de la Quinzaine.

trois souvenirs de ma jeunesse

L’histoire :

Paul Dédalus va quitter le Tadjikistan. Il se souvient… De son enfance à Roubaix… Des crises de folie de sa mère… Du lien qui l’unissait à son frère Ivan, enfant pieux et violent… Il se souvient… De ses seize ans… De son père, veuf inconsolable… De ce voyage en URSS où une mission clandestine l’avait conduit à offrir sa propre identité à un jeune homme russe… Il se souvient de ses dix-neuf ans, de sa sœur Delphine, de son cousin Bob, des soirées d’alors avec Pénélope, Mehdi et Kovalki, l’ami qui devait le trahir… De ses études à Paris, de sa rencontre avec le docteur Béhanzin, de sa vocation naissante pour l’anthropologie… Et surtout, Paul se souvient d’Esther. Elle fut le cœur de sa vie. Doucement, « un cœur fanatique ».

 

AVIS

Voir un film sélectionné à Cannes avant l’ouverture du Festival, cela ne se refuse pas !
 Le cinéma du Panthéon, le distributeur et « Rosa Bonheur » nous ont offert ce privilège, le dimanche 26 avril 2015, en nous projetant le dernier Desplechin.
Alors , ces « Trois souvenirs de ma jeunesse », trois petits tours et puis s’en vont … ou resteront – ils gravés dans ma mémoire ?
Cette dernière œuvre du cinéaste reconnu m’a semblé inégale et plutôt frustrante.
D’abord, le principe de la préquelle est frustrant lorsqu’on n’a pas vu  ou oublié le film précédent – à savoir « Comment je me suis disputé ( ma vie sexuelle)  » réalisé en 1996. Préquelle où Paul Dedalus était un universitaire trentenaire.
 Là on retrouve le même personnage durant son enfance, son adolescence et à la quarantaine.
Arnaud Desplechin a choisi de nous présenter cette (auto?) biographie partielle en trois parties, comme dans un roman, d’ailleurs chaque partie est chapitrée.
 Dans un premier temps (premier chapitre) : l’enfance malmenée du petit Paul qui choisit de quitter sa mère, en proie à des crises de folie, pour aller vivre chez sa tante. On comprend comment Paul s’est construit intellectuellement.

Puis nous voyons se dérouler sous nos yeux une adolescence totalement romanesque où il va vivre une aventure incroyable et rocambolesque en Russie. C’est la partie la plus originale du film !

 Enfin, à 19 ans, Paul tombe éperdument amoureux d’Esther ( Lou Roy – Le Collinet, qui porte quelques points de ressemblance avec Emmanuelle Devos). Esther est âgée de 16 ans, insaisissable, provocatrice et insupportable … Jeune femme apparemment très sûre d’elle, en fait beaucoup plus fragile et impliquée dans leur relation qu’il n’y paraît. Esther ne peut cependant s’empêcher de tromper Paul en son absence – il étudie à Paris, elle reste à Roubaix). Paul lui aussi aura des aventures…Mais ces deux-là sont malgré tout viscéralement attachés l’un à l’autre.

Cette histoire d’amour occupe une grande partie du film qui prend alors une tournure plus classique – et pas spécialement palpitante. Bien entendu, on peut trouver à cette éducation sentimentale, un côté conte, et une réflexion sur le souvenir du sentiment amoureux intéressants.

Le jeune Quentin Dolmaire qui fait ses débuts au cinéma est un Paul Dédalus, étudiant en anthropologie, très convaincant.
Cet acteur prometteur a une voix remarquable et a beaucoup de présence. Il sait être drôle, formidable en introverti maniant l’humour avec aisance.
Il entre parfaitement dans la peau du personnage mais il ne ressemble pas du tout sur le plan physique au Paul Dédalus adulte incarné par Mathieu Amalric (excellent comme d’habitude).
Enfin, le portrait de Dédalus adulte devenu anthropologue est brossé trop rapidement, c’est dommage.
 Ce qui est surprenant dans ce long métrage est que le réalisateur ait fait appel à des acteurs connus comme André Dussollier, Françoise Lebrun ou Olivier Rabourdin pour une apparition de quelques minutes.
 Ce qui est particulièrement étrange, c’est de nous présenter certaines scènes sans suite, comme celles où Dedalus est accusé d’être un espion … On aurait voulu que le scénario aille plus loin, mais l’histoire d’amour phagocyte un peu tout le reste.
J’ai particulièrement apprécié les dialogues très ciselés,  quelquefois truffés d’humour – de nombreux rires ont fusé dans la salle. Le film développe une atmosphère (ou devrais-je dire tonalité ?) assez unique entre drame et légèreté. Souvent les personnages se disent des choses horribles sur un ton badin.
Le  point le plus faible du film : un aspect un peu »bric à brac ». On a l’impression que l’histoire prend une direction, puis une autre, bref, on dirait que le scénario est hésitant… Et donc il y a des baisses de rythme. Ceci dit, là encore, il s’agit du récit s’appuyant sur la mémoire du personnage à la recherche du temps ( et de son amour de jeunesse) perdu. Et ce film est une sorte de synthèse de tous les films de Desplechin, on y retrouve presque tous les thèmes fétiches de l’auteur : l’amour, la psychologie, l’identité, et même l’espionnage ! D’où cette impression d’assemblage.
 Ce film sélectionné pour la Quinzaine des réalisateurs fut présenté le 15 mai au festival de Cannes.Il trouvera certainement son public, mais pour moi, il est moins marquant que « Jimmy P. « du même réalisateur et avec également Mathieu Amalric.

quinzaine_2015_4x3_presse_WEBrvb

TROIS SOUVENIRS DE MA JEUNESSE

réalisé par Arnaud Desplechin.

Avec Quentin Dolmaire, Lou Roy Lecollinet, Mathieu Amalric, André Dussollier, Françoise Lebrun, Olivier Rabourdin

France, 2015, 2h

Sortie le 20 mai 2015

En compétition à la Quinzaine des réalisateurs – Cannes 2015

(édit   : 22 /05/2015)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.