Le Genou de Claire
[Compte-rendu] Festival Play it Again ! – Les écrans de Claire
Menu Fermer

[Compte-rendu] Festival Play it Again !

Michèle dresse le bilan de « son » festival Play it Again !  Elle n’ a pas vu tous les films proposés, le choix étant vraiment très important. Je vous renvoie au billet de présentation du Festival pour vous en convaincre !aff Play it again

Nous avons globalement le même ressenti sur les films vus en commun. Donc je n’ai rien à ajouter, moi aussi, j’ai été un peu frustrée de ne pas voir certains classiques sur grand écran ( je pense par exemple aux « Contes d’Hoffman ».)

« Mon avis sur le festival Play it again, qui s’est déroulé du 22 au 28 avril 2015

Mon bilan se résume en un mot : trop court et frustrant !
Certes, les bonnes choses ont une fin . Mais je ressors frustrée de ne pas avoir enrichi ma mémoire avec une collection encore plus grande de pépites sur grand écran .

Quel plaisir d’aller au cinéma en sachant qu’on n’aura pas de mauvaises surprises !

Le film d’ouverture du festival était » Dragon Inn » de King Hu.
Je n’ai pas trouvé génial ce film chinois de 1967.
Il y avait trop de bagarres, et le scénario et les dialogues sont plutôt pauvres, mais les couleurs et les paysages étaient très beaux.

PANDORA, Albert Lewin, 1951

pandora
J’ai été éblouie par « Pandora » et l’impériale Ava Gardner.
Je cherche encore  quelle actrice actuelle incarne une telle élégance et une telle sensualité …
Ava portait bien son titre éphémère de plus belle femme du monde, même si cette nomination est effectivement ridicule – comme le faisait remarquer récemment Sandra Bullock , la dernière détentrice du titre.
Ce film magnifique d’Albert Lewin, réalisé en 1951, est très bien restauré. Les décors intérieurs, les plages de la Costa Brava ,la musique, les costumes – les robes de la troublante Ava sont superbes – tout est raffiné.
J’invite ceux, qui n’en ont pas encore eu l’occasion, à découvrir cette histoire revisitée de la boîte de Pandore.

 

PLAYTIME, Jacques Tati,1967

Cover of "Playtime- Criterion Collection ...
bluray de Playtime –  via Amazon

« Playtime » m’a également enchantée.
« Je suis TATI « , plus exactement tatiphile.
Pour moi , Jacques Tati est un des cinéastes les plus inventifs et les plus ingénieux , un maître de l’observation aussi bien visuelle qu’auditive .
Ce film fourmille tellement de détails qu’ils peuvent passer inaperçus.
A part lui , qui peut imaginer que les veinures d’un pilier en marbre ressemblent aux rues d’un plan de Paris ?
Qui a l’idée de rendre vivantes les cornettes de deux religieuses, qui traversent le hall d’un aéroport moderne ?
L’étiquette d’une valise qui frétille comme un petit poisson , les fauteuils en skaï qui font des bruits étranges , des lampadaires de rue qui ressemblent à des brins de muguet… : les idées drôles et poétiques ne manquent pas dans ce long ( peut-être un peu trop long ) métrage de 2 h04.
On imagine le nombre d’heures de travail qu’il a fallu à l’inoubliable  » Monsieur Hulot  » pour mettre en scène ce film aux multiples figurants et aux décors insolites !
Ce film de 1967 aurait ruiné le talentueux cinéaste. C’est une histoire bien triste.

TOUS EN SCENE, Vincente Minnelli, 1953

tous en scène

Un petit coup de blues ?
Plutôt qu’un dopant dangereux pour la santé, il faut visionner ce chef d’œuvre de la comédie musicale d’où l’on ressort en chantonnant !
L’inimitable Fred Astaire forme avec la charmante Cyd Charisse un couple mythique aux pieds ailés. On passe un très bon moment avec ce divertissement de qualité, qui pose de vraies questions sur le monde du spectacle.

Titre original : « The Band Wagon ».

TUEURS DE DAME, Alexander Mackendrick,  1964

ladykillers

« Tueurs de dames » de Alexander Mackendrick a la saveur d’un bonbon anglais .
Margaret Wilberforce est vraiment une vieille dame délicieuse qui fait fondre les voyous les plus endurcis !
Difficile de résister à l’humour so british et au jeu excellent d’un Alec Guiness inquiétant et d’un Peter Sellers débutant et prometteur.

Titre original : « the Ladykillers ».

LE GRAND EMBOUTEILLAGE, Luigi Comencini, 1978

embouteillage
Tous les chemins mènent à Rome …
Sûrement mais parfois à petite vitesse, quand les voitures sont coincées dans un gigantesque embouteillage qui paralyse tout le pays. Le titre original est très beau : L’Ingorgo – una storia impossibile.
Cette comédie cruelle et satirique réunit les plus grands acteurs dont Alberto Sordi , Marcello Mastroianni, Annie Girardot , Miou Miou , Gérard Depardieu, Patrick Dewaere : un casting de rêve pour illustrer les comportements humains les plus méprisables. C’est fou ce qui peut se passer dans une automobile !

 

J’espère que ce festival se renouvellera en 2016 car il avait la particularité de rayonner dans toute la France.

Merci aux organisateurs et aux restaurateurs des œuvres anciennes qui nous ont permis de découvrir ou redécouvrir les plus beaux classiques sur grand écran. »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :