[Dossier] Des actrices derrière la caméra !

Ce billet de blog, qui change un peu des chroniques de films ou des compte-rendus de festivals, a précédemment été publié sur l’ancien site de WE LOVE CINEMA il y a quelques années de cela (la nouvelle plateforme est ici). 

L’actrice Julie Gayet a réalisé deux documentaires, « CINEAST(E)S » et « CINEASTES », dans lesquels elle se demandait « si le cinéma avait un sexe ».

Cet article vous propose de vous arrêter sur ces actrices qui passent derrière la caméra, dans un contexte de relents de misogynie et des inégalités de salaires  …  La guerre des sexes est-elle déclarée au cinéma ? Pour le moment, on remarque que les comédiennes devenues réalisatrices sont des actrices confirmées et qu’elles ont participé à la conception du film en amont, c’est-à-dire qu’elles sont souvent productrices, scénaristes, voire compositrices, en plus d’être réalisatrices.

Le cas Julie Delpy

Julie Delpy |Copyright Starmax / Bestimage

C’est le cas – cocorico – d’une comédienne française : Julie Delpy. En 2002, pour Looking for Jimmy elle était à la fois réalisatrice, tête d’affiche, scénariste et productrice. En 2007, pour Week-end en famille, Julie Delpy multiplie les casquettes : réalisatrice, scénariste, productrice compositrice, mais aussi actrice. Deux ans plus tard, elle réitère cet exploit avec La Comtesse. En 2012, pour le Skylab, elle est à la fois réalisatrice, actrice, scénariste et productrice, et fait un quinté gagnant pour Two Days in New York. Julie Delpy a réalisé, produit, écrit le scénario, composé la musique et apparaît en tête d’affiche de cette bobine ! Même si l’actrice réalise des films assez différents, elle semble apprécier tourner en famille, avec ses parents qu’elle met en scène.

Les actrices – réalisatrices françaises confirmées

L’actrice et réalisatrice Maïwenn semble également aimer tourner en famille : son papa apparaît ainsi dans Polisse. Maïwenn a aussi réalisé Le Bal des actrices, a fait tourner bon nombre de ses consœurs, tout en se mettant elle-même en scène. Elle a également offert un rôle en or à la réalisatrice Emmanuelle Bercot (actrice/co-scénariste de Polisse) dans Mon roi, rôle qui lui a permis de décrocher une Palme au dernier Festival de Cannes. Le film d’Emmanuelle Bercot, La Tête haute, faisait d’ailleurs l’ouverture de ce même Festival de Cannes.

Autre habituée de Cannes, Valeria Bruni Tedeschi est la réalisatrice de Les Trois SoeursUn Château en ItalieActrices et Il est plus facile pour un chameau.

Valérie Donzelli, 7 films à son compteur, semble elle aussi abonnée aux festivals. Cette année, elle a présenté Marguerite et Julien à Cannes. Auparavant, son bébé à accents autobiographiques La Guerre est déclarée avait fait sensation. Elle y joue son propre rôle, tandis que son ex-compagnon Jérémie Elkaïm joue son amoureuxn et que leur enfant apparaît furtivement. Valérie Donzelli, qui a réalisé et joué dans La Reine des pommes, est par ailleurs scénariste.

Toujours parmi les actrices françaises, saviez-vous que Mademoiselle Jeanne Moreau avait réalisé plusieurs films ?
En 1976, elle est réalisatrice, actrice et scénariste de Lumière.
Trois ans plus tard elle est réalisatrice et scénariste de l’Adolescente. Enfin, en 1983, pour Lilian Gish, Jeanne Moreau est à la fois réalisatrice, actrice et productrice de ce film… qui traite d’une célèbre actrice de films muets.

Sophie Marceau est passée à plusieurs reprises derrière la caméra. En 1995 avec L’Aube à l’envers, en 2002 avec Parlez-moi d’amour, et enfin en 2007 avec La Disparue de Deauville. Fanny Ardant a fait trois passages derrière la caméra pour Cendres et Sang (2009), Chimères absentes (2010) et Cadences obstinées (2013), en plus de sa longue carrière d’actrice.
Nicole Garcia est une actrice, réalisatrice et scénariste française, qui a déjà créé 9 films, dont Un balcon sur la mer. Elle a tourné très souvent avec Brigitte Roüan, elle aussi réalisatrice et scénariste, qui s’est fait remarquer avec Post coitum, animal triste, et compte 8 réalisations à son actif.

La relève française

Parmi la jeune génération d’actrices françaises devenues réalisatrices, il faut citer Mélanie Laurent, (Les Adoptés en 2011, Respire en 2014), et Sara Forestier passée par la réalisation d’un court-métrage Un, deux, trois et d’un moyen-métrage avant d’écrire le scénario et de réaliser M (chroniqué sur le blog ici).

Géraldine Nakache n’a rien à envier à son frère Olivier: son Tout ce qui brille a connu un grand succès populaire. Depuis, elle a réalisé Nous York en 2012 et continue d’alterner passage devant et derrière la caméra. Elle est aussi productrice et scénariste. Géraldine Nakache a notamment joué dans  Sous les jupes des filles, réalisé par l’actrice Audrey Dana… Isild Le Besco, la sœur de Maïwenn et fille de l’actrice Catherine Belkhodja est également actrice, scénariste et réalisatrice. Ce sont certes des jeunes femmes, mais avec de nombreuses années d’expérience en tant qu’actrices.

Hollywood, terre promise des actrices/réalisatrices ? Avec un Oscar, c’est mieux !

C’est à Hollywood que l’on trouve le plus d’actrices/réalisatrices. Citons Bonnie Hunt et son Droit au cœur dans lequel elle est réalisatrice, comédienne et scénariste. A ne pas confondre avec Helen Hunt, qui fut la réalisatrice, tête d’affiche, scénariste et productrice du film Une histoire de famille.

Quant à la brillante et oscarisée Jodie Foster, elle a réalisé Le petit homme en 1991- un film où elle avait l’un des rôles principaux. En 1995, dans Week-end en famille elle est à la fois réalisatrice et productrice. Et, plus récemment, en 2011, elle est retournée derrière la caméra avec Le Complexe du castor.

2011 est également une année importante pour Angelina Jolie, puisque c’est l’année de sortie de son film Au pays du sang et du miel, dont elle est la réalisatrice, la scénariste et la productrice. Angelina Jolie a également réalisé le film Invincible. Le point commun ? Ce sont deux biopics qui parlent de guerre.

Sans oublier Sofia Coppola, apparue dans les films de son père Francis et réalisatrice de nombreux films traitant de l’adolescence. Après avoir écrit, réalisé et produit le court-métrage Lick the star en 1996, elle a connu le succès avec Virgin suicides, qui a rencontré les faveurs de la critique et du public. En 2002, Lost in Translation remporte l’Oscar du meilleur scénario original et le César du meilleur film étranger. Depuis, elle a réalisé Marie-AntoinetteSomewhere et The Bling Ring. Il semble désormais peu probable qu’elle repasse devant la caméra.

Enfin, Natalie Portman a présenté à Cannes son dernier film Une histoire d’amour et de ténèbres. Auparavant l’actrice Oscarisée pour Black Swan avait réalisé Eve (un court-métrage) et une section du film New York, I love You.

D’autres talentueuses actrices européennes deviennent réalisatrices…

En Italie, il faut désormais compter sur Valeria Golino, qui a gagné une belle réputation de cinéaste avec son Miele en 2013.

En Norvège, il y a Liv Ullman. La compagne du cinéaste Ingmar Bergman a écrit le scénario et réalisé « Love » en 1982. En 1994, Ullmann est productrice et réalisatrice de Sofie. En 1995 et 1996, elle est réalisatrice et scénariste de Kristin Lavransdatter et réalisatrice d’une partie du documentaire Lumière et compagnie, ainsi que d’Entretiens privés. En 2000, elle réalise Infidèle et quelques années plus tard, elle réalisera l’adaptation de la pièce de théâtre Mademoiselle Julie de Strindberg dont je vous parlais il y a peu.

En conclusion
On note que les comédiennes passant derrière la caméra ont déjà fait leurs preuves en tant qu’actrice. La plupart du temps, elles jouent dans les films qu’elles réalisent. Comme pour mieux convaincre les distributeurs et les studios – ou parce qu’on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même ? – elles produisent aussi leur propre film, et en ont souvent écrit le scénario. Les actrices qui deviennent réalisatrices, c’est un phénomène relativement récent dans l’histoire du cinéma, ce qui ne veut pas dire que les femmes derrière la caméra sont un phénomène nouveau ! Confer Alice Guy-Blaché (1873-1968), la première femme cinéaste…

Isabella Rossellini dans le rôle du coléoptère de « Mammas »

© Isabella Rossellini/Première Heure Productions

En tout cas, les actrices semblent être de plus en plus nombreuses à faire un passage derrière la caméra, et pas seulement pour un long métrage de fiction ; ainsi Cate Blanchett a pour projet de réaliser une série (australienne) : Stateless. Scarlett Johansson a réalisé un court métrage. Salma Hayeka fait une incursion dans la réalisation avec un téléfilm et un clip pour PrinceIsabella Rossellini, fille de Roberto Rossellini et d’Ingrid Bergman, a réalisé de nombreux court-métrages et un documentaire pour la télévision De la vie d’un papillon sorte de comédie animalière où l’actrice se déguise en animal. Étonnant.

Qui sera la prochaine actrice à nous surprendre en tournant un film ?

***

Image mise en avant : Julie Gayet et Géraldine Nakache dans CINEAST(E)S & CINEASTES de Julie Gayet et Mathieu Busson  © Ciné + et Tournez s’il vous plaît

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.