[Documentaire] LES MONDES DE PHILIP K. DICK

Le 2 mars 2016, cela fera exactement 34 ans que l’écrivain de science-fiction, Philip K. Dick, est décédé (1928-1982).
Un auteur dont certains romans ont été adaptés au cinéma et qu’il n’aura jamais vus*.
Pour rendre hommage à ce visionnaire,  la chaîne ARTE organise une programmation spéciale**.
Nova Production a produit ARTE un documentaire intitulé Les mondes de Philip K. Dick.
Ce film réalisé par Yann Coquart et coécrit avec Ariel Kyrou, sera diffusé sur ARTE le 2 mars prochain à 22.35.
Philip K. Dick
Philip K. Dick (Photo credit: Wikipedia)

Grâce à ce documentaire,  on entre dans la tête de Philip Kindred Dick.

américain de romans spécialiste de science-fiction.

Si cette partie témoignages est classique de par sa forme, le »liant » l’est moins, on assiste presque à des séquences psychédéliques.

Le documentaire est instructif, même si on pourrai trouver à redire sur le montage entre les différents intervenants. En effet, j’ai eu l’impression qu’on répétait parfois un peu les choses.

Le plus intéressant à mon sens dans ce film, c’est qu’il tente de cerner la personnalité de Philip K.Dick… Et c’est un objectif difficile à atteindre, vu la complexité de l’écrivain.

De l’aveu de son psychiatre, il est impossible de poser un diagnostic précis de sa santé mentale.

L’homme avait des hallucinations, souffrait de paranoïa et d’agoraphobie, carburait aux amphéts et autres drogues.On l’a cru schizophrène… Il avait aussi un côté mystique ou ésotérique.  Il croyait qu’un autre monde invisible à nos yeux existait, que le monde dans lequel l’homme vivait était faux. Comme une Pythie, il a vu sa propre mort…

Les réalisateurs offrent des pistes d’interprétation de son caractère. On apprend ainsi que sa soeur jumelle Jane meurt quelques semaines après leur naissance… Philip sera littéralement hanté par cette disparition et le fantôme de sa sœur apparaît dans de nombreuses œuvres ; le petit frère « interne », mort-né de Dr. Bloodmoney , mais aussi toutes les femmes brunes des romans de K Dick sont des avatars de sa jumelle. Le père de Philip K Dick l’aurait aussi traumatisé en lui racontant depuis sa plus tendre enfance les horreurs de la guerre.

Des archives personnelles complètent ce portrait de ce génie torturé et visionnaire. On ressort de ces 56 minutes avec une admiration plus forte envers ce père de la « tech noir », et l’envie de relire son oeuvre, et de revoir ses adaptations cinématographiques.

 

* K DICK AU CINEMA

Blade Runner de Ridley Scott est sorti quelques jours après son décès  en 1982, Total Recall de Paul Verhoeven date de 1990, Planète Hurlante de Christian Dugay est sorti en 1995.
Dans les années 2000, les adaptations « dickiennes » continuent : Minority Report de Steven Spielberg (2002), Paycheck de John Woo (2003), A Scanner Darkly de Richard Linklater (2006), L’Agence de George Nolfi (2011). Citons encore Total Recall de Len Wiseman – le remake du Verhoeven- en date de 2012.
A noter que Le Maître du Haut Château, son uchronie, a été adapté récemment en série pour Amazon.
**pkd.jpg

Pour tout savoir sur la programmation spéciale K DICK sur ARTE, rendez-vous sur ce site web: arte.tv/philipkdick

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.