[Dossier] Le renouveau du péplum

Joey, est-ce que tu aimes les films de gladiateurs ?

Cette réplique de « Y a-t-il un pilote dans l’avion ? » était destinée à faire rire… peut-être même à se moquer des péplums.
Il n’empêche que les films avec des gladiateurs, des empereurs et autres bobines inspirées de la Bible ou de l’Antiquité ont attiré plus de monde que les anciens jeux du cirque à Rome !

Le péplum est né en même temps que le cinéma. Les frères Lumière ont d’ailleurs réalisé une biographie fantaisiste de l’empereur Néron. Puis le genre s’est développé en Italie, dans les studios de Cinecittà… Les péplums furent très populaires jusqu’à la fin des années 60.

Parmi les chefs d’œuvre du genre, il faut citer « Ben Hur » ou « Spartacus »…

Aujourd’hui, après être tombé un temps en désuétude, le genre cinématographique du péplum (qui signifie par ailleurs « tunique ») revient à la mode notamment à Hollywood, juste un peu relooké par les effets spéciaux modernes !

Allons faire un tour du côté de ces nouveaux péplums ou  » néo-péplums « .

On peut distinguer trois styles de néo-péplums : les sérieux, les musclés (très souvent historiquement douteux) et les humoristiques (à l’historicité douteuse également). A vous de lire, selon vos envies, la liste des films de chaque catégorie.

Note :  cet article a précédemment été publié sur We Love Cinéma en 2014, je l’ai remis à jour depuis.

Les Péplums « sérieux »

Agora © Mars Distribution

Vous voulez satisfaire votre curiosité en matière d’Antiquité ? Réfléchir aux fondements de notre société ? Cette partie est pour vous !

On commence avec « Gladiator » qui a réhabilité le péplum en 2000.
Le film de Ridley Scott fut couronné par cinq Oscars et a révélé Russell Crowe et Joaquin Phoenix.
« Gladiator », c’est l’histoire de Maximus, le général romain préféré de l’empereur Marc Aurèle. Le jour où Marc Aurèle est assassiné par Commode, son propre fils, Maximus doit également mourir. Il arrive à échapper à ses assassins et devient esclave puis gladiateur.
Ce film long de plus de 2 heures fut un succès à la fois critique et public. « Gladiator » enchaîne les combats spectaculaires avec des moments plus intimes, tout en ajoutant du suspense et du drame. Pour finir, on peut faire un parallèle actuel avec notre société du spectacle : Maximus,contrairement à Commode, sait mener une foule et s’attirer les faveurs du public.

Vint ensuite « Alexandre », d’Oliver Stone (2005).
Ce biopic sur Alexandre le Grand, à l’inverse de « Troie », n’était peut-être pas assez « grand public ». Déjà le film dure presque 3 heures… Ce sera un échec commercial. Le choix de Colin Farrell est discutable même s’il ne s’acquitte pas trop mal de son rôle de conquérant mégalomane et Angelina Jolie, en mère de l’empereur quasi-incestueuse, peine à convaincre avec son accent étrange… On saura gré à Oliver Stone de n’avoir ni édulcoré la violence de l’époque, ni les mœurs des personnages. On peut trouver bien des défauts à cet « Alexandre » (les puristes lui trouveront de nombreuses inexactitudes historiques ; le jeu des acteurs est inégal, la réalisation tape à l’œil…), mais il faut lui reconnaître un souffle épique, une envie de représenter le monde antique et une ambition assez démesurée.

Toujours dans le sérieux, « Agora », réalisé par Alejandro Amenabar. Nous sommes à Alexandrie au IVème siècle après Jésus-Christ, l’Égypte est sous domination romaine. La révolte des Chrétiens gronde et la philosophe grecque Hypathie fait une découverte révolutionnaire tout en luttant pour sa survie… Présenté au Festival de Cannes, « Agora » traite des premiers Chrétiens, des premiers pas de l’astronomie et du conflit entre science et religion. C’est également un beau portrait de femme, celui de l’astronome et philosophe Hypathie. Le film souffre de baisses de rythme, entre débats d’idées et combats. Mais au niveau historique, il semble assez juste.

A voir également, « L’aigle de la Neuvième Légion » (2011).
C’est un film de Kevin Macdonald avec Channing Tatum, Jamie Bell et Tahar Rahim, inspiré d’une énigme historique : la disparition de la 9e légion romaine au début du IIe siècle… Une bonne surprise ! La relation entre un jeune centurion recherchant l’aigle, symbole de Rome, son père disparu et son esclave est très intéressante. Vont-ils se trahir ou s’épauler ?

Plus discret,  » Centurion« (2010) s’inspire également de la disparition de cette 9e légion romaine en 117 après JC.

Quant à la nouvelle version de « Quo Vadis ? » (Jerzy Kawalerowicz, 2001), elle est passée quasiment inaperçue. Il faut dire que ce classique de la littérature sur les persécutions des premiers Chrétiens sous Néron a connu de nombreuses adaptations.

Les péplums bibliques

Noé © TM Copyright by Paramount Pictures

Le péplum biblique semble également avoir le vent en poupe depuis quelques temps.

Précurseurs de ce regain d’intérêt, « La dernière tentation du Christ » et « La passion du Christ » de Mel Gibson. Tous les deux avaient un goût de souffre très controversés ; ils ont néanmoins attiré l’attention du public.

Ridley Scott lui, s’est s’attaqué à l’Exode. Avant lui, d’autres s’y sont essayés : « Les Dix Commandements », signé par le spécialiste du genre, Cecil B. DeMille. On a également tenté le film d’animation sur le sujet avec « Le Prince d’Egypte » qui n’était pas si mal. Ridley Scott avec son « Exodus- Gods and Kings», sorti en France en décembre 2014, a beau mettre en scène l’excellent Christian Bale dans le rôle de Moïse, il ne  renouvellera pas pour autant le succès de « Gladiator »…

Plus singulier : « Noé ». En 2014, soit dix ans après avoir incarné le gladiateur Maximus, Russell Crowe revient au péplum avec « Noé ».
Darren Aronofsky nous livre sa vision de la Bible avec des géants de pierre et des personnages rajoutés… Le film fut très controversé.
NB: Il me fut difficile de classer ce film dans une catégorie car c’est un blockbuster avec un côté film d’auteur. On peut lui donner une seconde chance en le revoyant en vidéo.

Les péplums « musclés »

300 © Warner Bros

Vous, au cinéma, vous aimez voir de la baston, de l’adrénaline et du sang ? On va vous en donner !

Allez du côté de Zack Znyder. Le réalisateur de « Sucker Punch » a été chargé d’adapter le roman graphique de Frank Miller : « 300 ».
Hyper violent, visuellement très particulier, le spectaculaire « 300 » est un mélange d’action pure et d’effets spéciaux… Ni le film ni le comics ne font dans la dentelle. Grosso modo, « 300 » raconte la bataille des Thermopyles pendant laquelle Léonidas (Gerard Butler et ses impressionnantes tablettes de chocolats) et ses 300 soldats Spartiates ont combattu jusqu’au dernier (ou presque : il y a eu un survivant) le terrible Xerxès (Rodrigo Santoro rasé et percé) et son immense armée perse.

Le film « 300 » étant très rentable, les studios ont décidé de lui donner une suite intitulée « 300 : la naissance d’un empire ».
Cette fois, c’est le général grec Thémistocle (Sullivan Stapleton) qui livra une bataille sans merci aux Perses. Surtout que Xerxès est devenu un dieu… Exit Zack Znyder. C’est le peu connu Noam Munro qui est passé derrière la caméra : il semble avoir parfaitement copié le style graphique de son aîné.

Quelques réalisateurs ont d’ailleurs imité l’esthétique de « 300 ». Par exemple le fantaisiste « Les Immortels » réalisé par Tarsem Singh mettant en scène Henry « Superman » Cavill dans le rôle de Thésée et Freida Pinto en Phèdre.

Voyez aussi le plus récent « Pompéi » avec Kit Harrington (de « Games of thrones ») et … Kiefer Sutherland de « 24 heures chrono » ! Histoire d’amour sur fond de volcan en éruption.

« Troie » est esthétiquement différent de « 300 » mais les deux films ont un point commun : ils abordent un conflit mythique. Nul besoin d’un cheval pour « Troie » : les portes des studios hollywoodiens étaient grandes ouvertes. « Troie » est donc une superproduction avec un budget colossal… Décors imposants où trône un casting de demi-dieux du cinéma : Brad Pitt (Achille), Eric Bana (Hector), Orlando Bloom (Paris), Diane Kruger (la Belle Hélène), Sean Bean… J’ai personnellement été déçue par le résultat, très infidèle à la légende de l’Iliade. Néanmoins, visuellement parlant, c’était assez impressionnant.

Toujours dans le spectaculaire, on trouve « Le Choc des Titans » et ses monstres et dieux version Louis Leterrier – ou sa suite. Effectivement on éprouve un choc visuel : soit on aime soit on déteste. Idem pour les « Percy Jackson », adaptation d’une saga littéraire.

Récemment, plusieurs années après la sortie du dessin animé de Walt Disney, on a pu voir une nouvelle version du légendaire guerrier « Hercule », avec « The Rock » dans le rôle-titre… Monstres et bagarres au programme !

Les péplums humoristiques

Astérix et le domaine des dieux © SND

Vous voulez rigoler et vous détendre ?

Ave César, ceux qui veulent mourir de rire doivent lire les quelques lignes qui suivent !

Alors vous, cela fait un moment que vous n’aviez rien de neuf à vous mettre sous la dent : vous étiez obligés de regarder « La Vie de Brian » des Monty Python en boucle depuis sa sortie en 1979. Pochade sur la vie de Jésus Christ et non sense sont au menu.

Vous alterniez avec « Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ », une farce avec Coluche réalisée par Jean Yanne en 1982. Et puis quoi ? Quelques nanars du genre « Goldocrack à la conquête de l’Atlantide », « Goliath contre les géants »… La liste des exemples de péplums est plus longue que l’on pourrait le croire… Il y en a même avec des vampires ! Mais rien de passionnant.

Jusqu’à ce que les bandes dessinées « Astérix » donnent vie à des films « live » -zappons les huit dessins animés qui se sont étalés des années 1960 à 2006.

Par ordre chronologique, on a pu voir « Astérix & Obélix contre César » (Claude Zidi, 1998), « Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre « (Alain Chabat, 2002- ou quand l’humour des Nuls rencontre Astérix), « Astérix aux Jeux Olympiques » (Frédéric Forestier & Thomas Langmann, 2008), « Astérix et Obélix : Au service de Sa Majesté » (Laurent Tirard, 2012).

Rajoutons le film d’animation « Astérix, le domaine des Dieux », de Louis Clichy et Alexandre Astier, avec ou sans 3D. Un petit bijou qui fera rire petits et grands, avec de multiples références au cinéma et à la série « Kaamelott ».

***
Edit 2019 : «Astérix : Le Secret de la potion magique, réalisé par Alexandre Astier et Louis Clichy, est sorti fin 2018. Ce film d’animation fait suite à« Astérix : Le Domaine des dieux».
« Ben Hur » a eu droit à un remake…

Ridley Scott aurait eu un pouce levé pour son projet de suite  de « Gladiateur » , un projet nommé « Gladiateur 2″

Dans les péplums religieux , citons Marie-Madeleine (Mary Magdalene) de Garth Davis, sorti en France le 28 mars 2018. Et Paul, Apôtre du Christ (Paul, Apostle of Christ) d’Andrew Hyatt, sorti en France le 2 mai 2018.

Il y a aussi les péplums “séries” avec notamment “Spartacus” dans la même veine que “300”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.