Le Genou de Claire
[DVD] Tulip Fever avec Alicia Vikander, Christoph Waltz et Dane De Haan – Les écrans de Claire
Menu Fermer

[DVD] Tulip Fever avec Alicia Vikander, Christoph Waltz et Dane De Haan

Séance de rattrapage en DVD : « Tulip Fever » de Justin Chadwick. 

Après  le triangle amoureux royal de « Deux sœurs pour un roi », Justin Chadwick avait adapté l’autobiographie de Nelson Mandela pour le grand écran.
Avec « Tulip Fever« , le réalisateur adapte le roman éponyme de Deborah Moggach ( titre en français « Le Peintre des vanités » ), roman se passant au 17e siècle à Amsterdam.

Dans les bonus,  Chadwick dit qu’il a réalisé des films historiques par le passé mais qu’il considère de « Tulip Fever » comme une histoire moderne, et un thriller !

Le point de départ est pourtant un banal triangle amoureux : celui formé par Sophia (Alicia Vikander) , Jan le peintre (Dane De Haan) et le mari de Sophia, un riche marchand (Christoph Waltz).

On suit également le destin de Maria, la narratrice, amie et servante de Sophia (Holliday Grainger), et celui de son amoureux Willem (Jack O’Connell )…

Il est aussi question  de la spéculation autour de bulbes de tulipes… Mentionnons aussi une abbesse (Judi Dench) qui relie entre entre eux sans le savoir les différents personnages.

Difficile de dire ce qui a été inventé pour le scénario  – à part le personnage de l’abbesse, cf le bonus sur le tournage du film-  quand on n’a pas lu le roman. Néanmoins, on peut dire que le script est complexe dans ce film choral.
Le scénario contient quelques ficelles un peu artificielles, voire peu crédibles…  Certains moments sont prévisibles voire légèrement ennuyeux – mais d’autres rebondissements sont au contraire surprenants.

La reconstitution de l’époque (les Pays-Bas du XVIIe siècle) est en revanche très réussie – tout a été tourné en décors naturels en Grande-Bretagne et aux studios Pinewood. Les costumes et coiffures sont superbes…
Formellement parlant, le film est une réussite. La réalisation de Chadwick est très belle, et toute son équipe de techniciens assure une belle image,  on sent un travail particulier sur la lumière. Après tout, il est question de peintures  -et plus largement de beauté- dans le film…  Certains plans semblent se référer aux tableaux des maîtres hollandais, et d’autres moments font penser à la Jeune fille à la perle. La musique de Danny Elfman, le compositeur complice de Tim Burton est très classique et sait se faire oublier.

Enfin, rien à redire sur le jeu des acteurs. Alicia Vikander (Jason Bourne , Une vie entre deux océans…) et Holliday Grainger campent bien leurs personnages respectifs, deux jeunes femmes que tout oppose… Pour son personnage, Alicia Vikander adopte un air un peu éthéré, et torturé – sauf pendant quelques scènes d’amour et de bonheur avec De Haan – et Grainger montre le côté « terre- à-terre » et le tempérament plutôt optimiste de Maria.
A noter que c’est le  personnage  joué par Holliday Grainger qui narre l’histoire de Sophia, le personnage de mademoiselle Vikander.

Dane De Haan  (Valérian) joue de son physique mélancolique pour interpréter un peintre romantique. Dommage qu’on ne sente pas vraiment d’alchimie entre Alicia Vikander et lui !

Les rôles moins importants ont souvent leur moment fort –  Judi Dench (Philomena), Zach Galifianakis (Very Bad Trip), Tom Hollander … exception faite de Cara Delevingne :  même si son personnage sert l’intrigue, on imagine qu’il devait être plus développé à la base.

En fait, c’est Christoph Waltz (Django UnchainedSpectre …) qui tire son épingle du jeu en mari cocu.
L’acteur adepte des rôles de méchants ou d ‘hommes survoltés et pleins d’humour , parfois à la limite de l’hystérie, adopte un jeu tout en retenue qui fait ressortir la complexité de son personnage :  entre bonté et sécheresse, amour et ambition, ridicule et grandeur d’âme, naïveté et lucidité…
Il campe un homme obsédé par la richesse mais surtout par l’idée d’avoir une descendance. Un homme qui culpabilise (nous n’en dirons pas plus). Mais aussi un homme prêt à tout pour arriver à ses fins.

Au final,  si la romance dans Tulip fever est le point de départ d’une intrigue  » fourre-tout »- avec des bonnes idées et d’autres moins-, c’est bien la description d’une époque et d’un phénomène de société (la tulipomania ou tulipomanie) qui devraient intéresser le plus le spectateur.

Tulip Fever

De : Justin Chadwick

Avec : Judi Dench, Christoph Waltz, Alicia Vikander, Dane De Haan …

Durée : 1h47mn

E-cinema : 12 juillet 2018 //DVD et BRD: 4 septembre 2018

Editeur : TF1 Vidéo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :