Menu Fermer

[Reprise] La Taverne de la Jamaïque de Alfred Hitchcock avec Maureen O’Hara et Charles Laughton

Souvent le hasard fait bien les choses… alors que j’entame la lecture de  »Manderley Forever », la biographie de Daphné Du Maurier rédigée par Tatiana de Rosnay, j’apprends que  »La Taverne de la Jamaïque » (Jamaica Inn) ressort sur nos écrans le 14 octobre dans une version restaurée.

  • Edit avril  2016 : le film sort en DVD et Blu-ray, toujours chez Carlotta films. Vous pouvez retrouver le test du Blu-ray plus bas.

Hitchcock a adapté trois romans de Daphné Du Maurier : tout d’abord  » l’Auberge de la Jamaïque » puis  » Rebecca » et enfin  »Les oiseaux ».
Si  »Rebecca » a rencontré un franc succès,  » La Taverne de la Jamaïque » fit un flop : il fut critiqué par les journalistes, Daphné Du Maurier et même par Hitchcock himself.

Il faut dire que le film fut produit, interprété et contrôlé par Charles Laughton. Ce dernier, réalisateur de « La Nuit du chasseur », avait une forte personnalité et aurait incité Hitchcock à remanier le script afin d’avoir le plus de scènes possibles.
Résultat : son personnage entre en scène très tôt, et dévoile très rapidement un double jeu.
Dans le roman, le méchant était un ecclésiastique ; chose impossible à représenter au cinéma à l’époque (1939). Laughton incarne donc un riche propriétaire terrien terrorisant son valet et menant une bande de pirates.
Il est inquiétant, clairement atteint de folie, et n’hésite pas à tuer de sang froid… la façon dont il détaille Mary (magnifique Maureen O’Hara dans son premier rôle), l’héroïne courageuse, belle et sportive, est clairement dégoûtante.

A noter que le véritable héros de l’histoire, au final,  est une femme : Mary est capable de sauver un homme,  James Trehearne (Robert Newton) tout en gardant de la compassion même pour un effroyable tueur.

J’ai bien aimé l’atmosphère du film, la façon dont Hitchcock filme les Cornouailles, les trognes des pirates…  le meurtre de naufragés m’a fait fermer les yeux … et j’ai aussi tremblé pour l’héroïne et son allié James, la relation entre les deux personnages est d’ailleurs intéressante.
Malgré tout, l’histoire souffre de baisses de rythme et la fin m’a un peu laissé sur ma faim. De plus je me suis demandé si certains moments étaient volontairement drôles ?

L’intérêt principal du film est donc l’opposition entre Maureen O’Hara et Charles Laughton, et la réflexion sur les apparences qui peuvent être trompeuses. Thème typiquement hitchcockien !

SYNOPSIS :
« À la mort de sa mère, la jeune Mary Yellard part en Cornouailles retrouver la seule famille qui lui reste : sa tante Patience et son mari Joss. Ce dernier est le tenancier de la taverne de la Jamaïque, un lieu à la réputation des plus sordides, repaire des brigands du coin. Le soir de son arrivée, Mary sauve la vie d’un des malfrats, Jem Trehearne, accusé d’avoir volé une part de leur dernier butin. Tous deux parviennent à s’échapper de la taverne et trouvent refuge chez l’excentrique juge Pengallan. Mais ils ignorent que ce dernier est en réalité le chef des bandits, à la tête de toutes les opérations de pillage… »
(via Carlotta films)

LA TAVERNE DE LA JAMAÏQUE (Jamaica Inn)

Ressortie le 14 octobre 2015 – Restauration 4K

Un film de Alfred HITCHCOCK | Aventures | Royaume-Uni | 1939 | 99mn | N&B | 1.37
Réalisation : Alfred HITCHCOCK
Scénario : Sidney GILLIAT et Joan HARRISON, d’après le roman de Daphné Du MAURIER
Avec : Charles LAUGHTON, Maureen O’HARA, Leslie BANKS, Emlyn WILLIAMS, Robert NEWTON
Musique : Eric FENBY
Directeur de la photographie : Harry STRADLING
avec la collaboration de Bernard KNOWLES
Décors : Tom MORAHAN
Producteurs : Erich POMMER et Charles LAUGHTON

Page officielle sur le site de Carlotta

LA TAVERNE DE LA JAMAÏQUE – le BLU RAY

Sortie le 6 avril 2016
A part que l’encodage ne m’a pas semblé parfait ( du moins dans mon lecteur de blu ray),  je ne trouve rien à redire.
Le bonus de 13 minutes par Donald Spoto est très intéressant, rempli d’anecdotes. Je n’avais pas remarqué que Robert Newton avait incarné à nouveau un pirate – et pas le moindre : Long John Silver dans « l’Île au Trésor » de Disney ! J’ai aussi appris qu’il existait réellement une  « Jamaica Inn » en Cornouailles.
BD 50 • MASTER HAUTE DÉFINITION • 1080/23.98p
ENCODAGE AVC
Version Originale DTS-HD Master Audio 1.0 & PCM 1.0
Sous-Titres Français
Format 1.37 respecté • Noir & Blanc • Durée du Film : 99 mn
SUPPLÉMENTS (EN HD)
. NAUFRAGÉS EN STUDIO (13 mn)

Donald Spoto, auteur de La Face cachée d’un génie : La vraie vie d’Alfred Hitchcock, retrace l’histoire de La Taverne de la Jamaïque : la transposition du roman pour le cinéma, le tournage entièrement reconstitué en studio et les relations entre le réalisateur et l’équipe du film.

. BANDE-ANNONCE 2015

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :