Menu Fermer

(Lecture) Dune de Frank Herbert

Le film « Dune » de Denis Villeneuve. sortant enfin sur les écrans de cinéma de France ce 14 septembre 2021 , je vous propose de lire mon avis sur le roman culte écrit par Frank Herbert.

Il était Dune fois ( j’espère que ce jeu de mots n’a pas déjà été fait !)

Paru en 1965, « Dune » est le premier roman d’une série de science – fiction écrite par Franck Herbert – série nommée le Cycle de Dune. Ce serait le livre de ce genre le plus lu au monde.

Quelques mots pour situer le récit…

En l’an 10 191, le monde connu est gouverné par l’empereur padishah Shaddam IV. A cette époque, la plus précieuse substance de l’univers est l’Épice, le Mélange. L’empereur ordonne au duc Leto Atréides d’occuper la planète désertique Arrakis , dite Dune, avec sa famille ( son jeune fils Paul et sa femme Dame Jessica), d’exploiter l’Épice à la place de leurs ennemis, les Harkonnen. C’est un piège…

Tout un univers !

L’œuvre est complexe, aride – pardon pour le jeu de mots, mais c’est vrai ! 
Ce roman de 832 pages (souvent publié en deux volumes) a été toutefois récompensé du vivant de son auteur ;  par exemple il a reçu le prix Nebula en 1966.

C’est un roman de science-fiction particulier. C’est un « livre univers ». Herbert a créé un monde, un univers parallèle, sans nous en donner les clefs, mais on retrouve notre monde actuel. En fait, le monde de Dune – Arrakis est un univers déguisé avec des problématiques de notre temps … Les habitants autochtones de Dune, les Fremens, font penser aux Bédouins ou aux Touaregs.

Écologie, religion, racisme, lutte de pouvoirs, manipulations génétiques, relations familiales et sociales complexes, course après l’Épice, ressource précieuse – une métaphore de la drogue ou du pétrole ? Ou bien des deux ?

C’est un livre aux thèmes (géo) politiques, philosophiques, mystiques, et même écologiques.

Le fils de l’auteur, Brian, reprendra le flambeau dans les années 2000 en reprenant les mêmes codes.

Dans « Dune », même si on peut changer de planète, il n’y a pas de problématique technologique ; on retourne dans une sorte de société médiévale ou antique, féodale … l’ère des machines est dépassée. Surprenant pour de la science-fiction.

J’ai beaucoup aimé les descriptions de la planète Dune, l’aspect féministe du livre avec l’ordre des Bene genesserit qui peuvent remonter dans l’esprit de leurs aïeules , voyager dans le temps et l’espace… une sorte de super méditation transcendantale ! Cette caste religieuse, politique et exclusivement féminine a une influence considérable, un vrai pouvoir.

Les personnages sont complexes et relations familiales sont compliquées (litote).
Rapidement, on comprend que Paul Atréides sera le héros du roman, et on identifie clairement le baron Vladimir Arkonnen comme étant le méchant : il est sadique, pédophile. Dame Jessica, la mère de Paul, est un personnage très intéressant, pétri de contradictions ; son destin est aussi torturé que celui de son fils.

Révélations, complots, violences, crimes en tous genres … Nous sommes dans un monde cruel, proche de la tragédie grecque ou de «  Games of thrones ».
Il existe un certain nombre de choses difficiles à comprendre dans le  » Duniverse « , mais cela partie du charme et de la richesse du livre. À chacun de voir des références, à chacun ou presque d’avoir sa version et son interprétation.

Il faut se faire à la terminologie (parfois inspirée par des mots arabes, parfois par du latin, parfois totalement inventée) et aussi aux citations signées d’une certaine princesse Irulan en début de chapitre … Visiblement cette personne connaît des événements futurs.

« Dune » est un pavé, il faut le lire doucement et ne pas être trop cartésien, voire le relire pour en saisir sa qualité.

A mon avis, ce livre est inadaptable pour le grand ou petit écran. Pourtant, les cinéastes continuent d’essayer (voir ci- dessous ) !


En tout cas, je recommande d’essayer cette lecture. Une œuvre dépaysante même pour les amateurs de science-fiction. Vous aimerez le voyage sur Dune… ou vous le détesterez, mais en tout cas ce texte vous marquera !

Références

Frank Herbert, Le Cycle de Dune, Pocket :
Dune, 1963-1965
Le Messie de Dune (Dune Messiah), 1969
Les Enfants de Dune (Children of Dune), 1976
L’Empereur-dieu de Dune (God Emperor of Dune), 1981
Les Hérétiques de Dune (Heretics of Dune), 1984
La Maison des mères (Chapterhouse Dune), 1985

  • A lire : – Le MOOK Dune (novembre 2020) et le beau livre Tout sur Dune ( paru en septembre 2021, il s’agit du MOOK enrichi de 50 pages supplémentaires.) éditions Leha, l’Atalante, dirigé par Lloyd Chéry, créateur du podcast C’est plus que de la SF.
  • – Les articles du site ‘C’est plus que de la SF.’
  • En option, mon avis sur le livre audio : https://clubdeslectrices.wordpress.com/2019/08/08/livre-audio-dune-de-frank-herbert/

  • A voir :

– « Dune »de David Lynch (1984)

– Le documentaire sur le projet inachevé d’adaptation cinématographique du roman Dune de Frank Herbert par le réalisateur Alejandro Jodorowsky (2013)

– « Dune » réalisé par Denis Villeneuve (2021) .

  • À écouter :  le podcast Blockbusters du 8 août 2019 :

https://www.franceinter.fr/emissions/blockbusters/blockbusters-08-aout-2019

Le podcast de ‘C’est Plus de la SF’ #82 (14 septembre 2021) : Faut -il aller voir Dune de Denis Villeneuve ?
https://podtail.com/fr/podcast/c-est-plus-que-de-la-sf/-82-faut-il-voir-dune-de-denis-villeneuve-debat/

Illustration : couverture réalisée par Wojtek Siudmak, éditions Pocket SF

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :