[Lumière 2017] Rencontre de cinéma avec Wong Kar-Wai

Dans le cadre du Festival  Lumière 2017, j’ai eu la chance d’assister à la masterclass du réalisateur Wong  Kar Wai (événement ouvert à tous) et à la conférence de presse donnée le lendemain.
Voici mon retour sur la masterclass et les podcasts associés à ces deux événements.

MASTERCLASS WONG KAR-WAI

En attendant Wong Kar-Wai… Photo du Théâtre des Célestins (et au centre, Thierry Frémaux).

C’est dans le magnifique Théâtre des Célestins que Wong Kar-wai , derrière ses lunettes noires, a donné une masterclass menée par Thierry Frémaux. 

Les réalisateurs Jean-Paul Rappeneau, Hugh Hudson, Jean Becker, le critique de cinéma Michel Ciment mais aussi le chef opérateur Christopher Doyle, étaient présents dans la salle. Depuis son siège, Doyle a fait un mini-happening en employant à plusieurs reprises le mot » f… » en anglais,  » put… « en français,  ce qui a animé toute l’assistance et fait sourire WKW.

Le réalisateur a assuré très sérieusement cette rencontre de cinéma animée par Thierry Frémaux. La leçon de cinéma a duré une heure et demie.

Vous pourrez retrouver ci-dessous quelques citations et l’intégralité de la masterclass enregistrée par Radio Lumière, la radio officielle du Festival.

source : Getty images Embed from Getty Images

ENFANCE

«En débarquant de Shanghai [WKW était alors âgé de 5 ans], pour fuir la Révolution culturelle, ma famille et moi  pensions repartir vite.
Nous parlions le mandarin, et la population de Hong Kong parlait cantonais …

Quinze ans plus tard,  mon père y était encore, cinquante ans plus tard je connais mieux Hong Kong que Shanghai. Mais cette ville (Shanghai) reste le berceau de mon enfance, j’y retourne régulièrement.»

ÉDUCATION  FILMIQUE, NAISSANCE DE SA CINÉPHILIE

«Nous ne connaissions personne à Hong Kong, et ma mère a compensé cette absence d’entourage par le cinéma.
Nous nous rendions presque chaque jour dans les salles, pour découvrir les films français, taïwanais, hollywoodiens…
Un jour, mon père m’a emmené voir une « comédie romantique », ma mère était moyennement ravie car c’était en réalité un film de Fellini !»

VOCATION

«Pour ma génération, la radio et le cinéma étaient des fenêtres ouvertes sur le monde.

Je me suis dit: « C’est le monde auquel je veux appartenir ».

ÉTAPES DE CONSTRUCTION DU FILM

«Je déteste écrire car c’est une phase de création trop solitaire. Mais je dois le faire car j’ai beaucoup de mal à trouver des auteurs. Les acteurs ont un script et, tous les matins à 7h, j’apporte les modifications que j’ai écrites pendant la nuit. Au final, je tourne la journée et j’écris la nuit, c’est du 24 heures sur 24. Et je me réserve le droit d’écrire encore pendant le montage !»

PRODUCTION

«Il est vrai que je suis mon propre producteur mais il y a d’autres contraintes, comme celle de rendre sa copie à temps pour un festival …

(WKW fait référence aux bobines arrivées à la dernière minute, pour la projection de « 2046 « au Festival de Cannes de 2004).

C’est ainsi que les délimitations deviennent inspiration !».

Le cinéaste s’est aussi exprimé sur le contenu de ses films, les conditions de tournage, sur le futur du cinéma chinois…
Je vous laisse écouter la masterclass enregistrée dans son intégralité par Radio Lumière.

Podcast partagé via Soundcloud © Radio Lumière

***

CONFÉRENCE DE PRESSE WONG KAR WAI

J’ai eu la chance par la suite d’assister à la conférence de presse donnée par Wong Kar Wai , animée par Thierry Frémaux, en présence de Bertrand Tavernier.

Voici l’enregistrement de cette séance exceptionnelle…

 

Podcast de Radio Lumière, la radio officielle du Festival.

 

 

Les photos sont ©legenoudeclaire.com sauf mention contraire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.