Le Genou de Claire
[Avis] MADAME, réalisé par Amanda Sthers, avec Rossy de Palma. – Les écrans de Claire
Menu Fermer

[Avis] MADAME, réalisé par Amanda Sthers, avec Rossy de Palma.

Dans la famille des écrivains cinéastes, je demande Amanda Sthers. La romancière passe derrière la caméra pour « Madame ». On pourra faire la connaissance de « Madame » dès ce mercredi 22/11/2017.

 

Synopsis :
Anne (Toni Collette) et Bob (Harvey Keitel), un couple d’américains fortunés récemment installé à Paris, s’apprêtent à donner un grand dîner, et convient douze invités triés sur le volet, réunissant la haute société anglaise, française et américaine.

Mais lorsqu’Anne réalise qu’un treizième couvert est posé pour Steven, le fils du premier mariage de Bob, elle panique : pour cet événement mondain, hors de question de provoquer le mauvais sort !

Elle demande à Maria (Rossy de Palma), sa domestique, d’enfiler une robe et de se faire passer pour une riche amie espagnole. Maria se retrouve assise à côté de David, un expert en art issu de la noblesse britannique. Aussi quand, sous le charme de Maria, il la recontacte le lendemain, révéler sa véritable identité est impossible.

Une romance commence, qui va faire trembler les valeurs élitistes et le mariage d’Anne.

A moins que cette dernière n’arrive à l’étouffer…

AVIS : « Madame » est servie.

A  première vue, au début, on se dit que « Madame » est une relecture sympathique et moderne de l’histoire de Cendrillon. Et puis , les choses ne sont pas si simples… Chaque personnage va  se révéler et accomplir son destin. Il n’y a pas que Maria ( Rossy de Palma) qui va évoluer.

Rossy de Palma est super… le film est un véritable écrin pour elle. Amanda Sthers, met en scène une femme simple, ordinaire, loin des critères de beauté de la jeune première spécialiste des rom com. Une femme qui a pour valeur l’amour ( passion ou maternel) , l’honnêteté ou le travail. Alors forcément quand Madame, Anne, sa patronne désabusée, lui demande de mentir, cela ne peut que la bouleverser et modifier le destin de toute la famille et ses proches !
Rossy de Palma et Tony Collette s’amusent à jouer les contrastes. et nous on s’amuse du décalage entre le monde de Rossy, celui des serviteurs, et celui d’Anne, qui fréquente les riches et l’élite culturelle mondiale.  Toni Collette est convaincante dans le rôle d’Anne, névrosée, méchante, exigeante mais capable aussi de gentillesse et très désœuvrée au final. Elle est à mille lieux de son personnage dans « Muriel » …
Les seconds rôles sont certes peu clichés (j’inclue le rôle du mari d’Anne, Harvey Keitel).
Et Paris est une jolie carte postale – en même temps, les personnages évoluent dans un milieu très bourgeois et « expat » qui ne sort pas des beaux quartiers – mais la mécanique fonctionne :  le mari infidèle, le prince charmant (en l’occurrence un expert en art), le fils dilettante qui souffre de la panne de l’écrivain, le riche homme d’affaires volage…
On pourra aussi trouver que la mise en scène est classique.
-En même temps, dans les comédies romantiques, c’est surtout l’histoire qui m’intéresse, ainsi que les dialogues.-
Il y a quelques longueurs.
L’objectif principal d’une comédie romantique est à mon avis de nous émouvoir et de nous faire rire.
Le premier point a été atteint à mes yeux parce que Maria est un beau personnage, très attachant.
En ce qui concerne le second point, j’ai souri ou ri de bon cœur à certains dialogues  ou situations – et surtout à la scène du repas, l’événement perturbateur du récit ! Les quiproquos s’y enchaînent de façon réjouissante, sans parler du « storytelling »hilarant de Maria dans ce dîner très guindé.
Je ne vous en dis pas plus. Sachez néanmoins qu’il y a moins de passages comiques que je ne le pensais :  il n’y a pas que du sucre dans cette « rom-com ».
Dernier point (positif) : la fin est ouverte, on peut l’interpréter de différentes façons…
En un mot, « Madame », c’est sympathique et sans prétention, presque minimaliste par moments. Ni optimiste ni pessimiste, « Madame » nous montre qu’en amour il n’y a au final pas de règles et que nous sommes assez intelligents en tant que public pour comprendre le film et choisir le happy end ou pas de l’histoire. C’est donc au spectateur ou au lecteur de choisir si l’histoire d’amour se finira bien ou non.

UN FILM DE
AMANDA STHERS
AVEC
TONI COLLETTE
(Muriel, Sixième sens, Little Miss Sunshine…)
HARVEY KEITEL
(Reservoir Dogs, La leçon de piano, Smoke, Youth…)
ROSSY DE PALMA
(Femmes au bord de la crise de nerfs, Attache-moi !, Le boulet…)
distributeur : Studiocanal

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :