Opéra au cinéma : ballets du Bolchoï ( Joyaux)

Voici le compte-rendu de la soirée organisée au CLUB DE L’ÉTOILE autour de JOYAUX, les ballets du Bolchoï de Moscou retransmis au cinéma.
ballet joyaux

Ce dimanche 8 novembre 2015, en plein été indien, le ciel était bleu sur Paris mais j’ai vu la vie en vert, rouge et blanc.

Ce sont les couleurs des joyaux qui ont irradié l’écran du Club de l’Étoile où j’assistais, pour la première fois, à un spectacle d’opéra au cinéma.

Une expérience magnifique et inoubliable où, pendant presque 4 heures, j’ai été transportée dans un univers empli de grâce et de beauté.

D’abord, il y a eu une conférence très intéressante conçue et animée par Ariane Dollfus qui nous a mis  » l’eau à la bouche ».

Pendant une heure, nous avons découvert le personnage ou approfondi notre connaissance de Georges Balanchine.

Suzanne Farrell and George Balanchine dancing ...
Suzanne Farrell et George Balanchine au New York State Theater (Photo credit: Wikipedia)

Nous avons appris que ce grand chorégraphe devait être directeur de l’Opéra de Paris et que, au dernier moment, pour raison de santé, il a été remplacé par Serge Lifar.

Balanchine, fondateur et maître de ballet de New York City Ballet , a réalisé 485 œuvres dont beaucoup de créations abstraites mais aussi des œuvres narratives comme Casse Noisette.

Ce remarquable chorégraphe d’origine russe, était fasciné par la culture américaine.
Il a même réalisé des comédies musicales.
C ‘était un démiurge qui avait besoin de créer pour ses muses.
Pour lui ,  » ballet is women  » .

Les femmes, il les a beaucoup aimées, magnifiées, il en a épousé quatre : une russe puis une allemande, une amérindienne et une française , toutes des ballerines jeunes et belles.
Mais il n’a pu s’unir à la ballerine de ses rêves, Suzanne Farrell, dont il était éperdument amoureux.

 » Mr B  » était élégant courtois, patient mais très exigeant… Il était dur et autoritaire.
Il donnait les cours lui-même et imposait un rythme de travail très soutenu.
Les danseuses travaillaient tous les jours et restaient de 7 à 10 heures par jour sur les pointes !
Une discipline implacable où le droit à la rébellion était impossible.
Il se définissait comme un fournisseur de danse , ou un jardinier entouré de fleurs ….
Ce chorégraphe prestigieux était également un excellent musicien.

Puis, après toutes ces informations et une petite pause , place au spectacle retransmis du Bolchoï de Moscou.

JOYAUX est né à la suite d’une rencontre à New York, entre Balanchine et le joaillier Arpels.

Ce ballet se décompose en trois parties :

– ÉMERAUDES sur une musique de Fauré : ballet  » tout en vert, » qui fait référence au style français.
Ballet romantique par excellence, élégant et raffiné.

– RUBIS sur une musique de Stravinsky : beaucoup plus moderne.

Les tutus sont remplacés par des tuniques courtes en satin rouge de « majorettes » …
Ce ballet est très influencé par la culture américaine.
Très rythmé, il fait davantage penser à un spectacle de music- hall.

– DIAMANTS, ballet classique symbolise le retour en Russie de Balanchine …

La musique est signée Tchaikovsky. C’est un retour au passé, un hommage à l’école russe et à Marius Petitpas .
Parfait sur tous les plans.

Le charme et l’émotion nous envahissent dans ces trois ballets car la technique est parfaite.
On est subjugués par la beauté des danseurs et danseuses et l’excellence de l’orchestre.

C’est formidable de se retrouver, le temps d’un après- midi, dans un opéra mythique.

Et cette possibilité n’est pas terminée car la saison 2015 – 2016 propose encore 5 ballets du Bolchoï :

  • le dimanche 20 décembre à 16 h : CASSE – NOISETTE ( enregistré )
  • le dimanche 6 décembre à 16 h : LA DAME AUX CAMÉLIAS ( nouvelle production )
  • le dimanche 24 janvier à 16 h : LA MÉGÈRE APPRIVOISÉE ( nouvelle production )
  • le dimanche 13 mars à 16 h : SPARTACUS ( enregistré )
  • le dimanche 10 avril à 17 h : DON QUICHOTTE (nouvelle production ).

Au Club de l’Etoile, chaque retransmission sera précédée d’une conférence animée par Ariane Dollfus en partenariat avec » Danser canal historique « .

Plusieurs cinémas s’associent à cette merveilleuse expérience qui permet à tous d’accéder à l’excellence de la danse.

Michèle

 

Pour aller plus loin:

« Aller à l’opéra dans une salle de cinéma : un rêve devenu réalité »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.