Le Genou de Claire
(Reprise) Le Cousin Jules de Dominique Benicheti – Les écrans de Claire
Menu Fermer

(Reprise) Le Cousin Jules de Dominique Benicheti

C’est Michèle qui nous donne son avis sur LE COUSIN JULES de Dominique Benicheti film de 1973, de retour au cinéma le 15 avril 2015.
image

Avis

Séquence émotion avec ce cousin Jules qui porte la même veste en velours brun côtelé , le même pantalon à rayures et la même casquette rivée sur la tête que mon grand -père René .
Son épouse Félicie porte le même chignon et le même tablier que ma grand mère Marguerite . Alors forcément, ce film ne m’a pas laissée indifférente.

Nous serons certainement nombreux à retrouver les bruits et les odeurs de notre enfance grâce à ce film contemplatif et instructif sur la France rurale des années 70.

Le tournage a commencé en avril 1968 et s’est terminé en 1973 .C’était au siècle dernier à la fois si proche et si lointain.

Ce qui est rare dans ce film , c’est l’absence de musique au sens classique du terme ..
Dehors, nous sommes bercés uniquement par les bruits de la nature , les chants d’oiseaux , l’aboiement d’un chien , le pas fatigué d’un cheval de labour …,
Dedans, la cadence rythmée du travail du fer, le bruit de la manivelle qui broie les grains dans le moulin à café , le crissement du couteau qui épluche des pommes de terre, la lame du rasoir qui glisse sur la peau, tous ces bruits du quotidien parfaitement retransmis constituent un fond sonore authentique.

Jules, forgeron de père en fils est admirable avec ses gestes répétitifs d’une grande précision. Une ode au travail artisanal.
Félicie s’occupe du potager ,des poules et prépare le café avec un sérieux et un cérémonial qui n’ont rien à envier à » la cérémonie du thé « asiatique.

Le réalisateur ne nous apprend rien sur le passé de ce couple bourguignon.
Quels ont été ses bonheurs , ses blessures ?
Rien n’est dit d’autant plus que Jules est un taiseux. Félicie aussi…

Mais après 91 mn de visionnage ,on a l’impression de les connaître.

C’est la force de ce film reposant et tellement vrai, sans artifices …

La disparition de Félicie est évoquée avec une grande pudeur.
Jules est très touchant quand il reprend consciencieusement les tâches ménagères qui étaient exécutées auparavant par sa femme.

Sur le plan technique, ce film est une pure réussite.
Les paysages sont de véritables tableaux .Les plans fixes sont très bien cadrés .Le son est excellent.

Ce film a été restauré à l’initiative de Dominique Benicheti ( décédé en 2011 ) avec le soutien de la Gould Family Foundation et du laboratoire Arane .
Car cette oeuvre qui n’a jamais été distribuée en France en dehors de quelques festivals , a rencontré un succès certain aux Etats Unis .

Je recommande cet hymne à la vie simple , témoignage lumineux du monde paysan .
J’admets cependant que la lenteur de l’action puisse déconcerter certains .

Plus d’informations sur le site de Carlotta films :
http://www.carlottavod.com/cousin-jules-le

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :