Le Genou de Claire
[Avis] Le Secret de la pyramide de Barry Levinson – Les écrans de Claire
Menu Fermer

[Avis] Le Secret de la pyramide de Barry Levinson

Réalisé par Barry Levinson (Rainman), produit par Steven Spielberg, Le Secret de la Pyramide retrace les jeunes années de Sherlock Holmes, avec une certaine distance. Écrit par Chris Colombus (Harry Potter 1 et 2), ce film d’aventures fait des infidélités (assez jouissives) à Conan Doyle.

affiche française le secret de la pyramide
Le Secret de la pyramide|Copyright Carlotta Films

 

Synopsis :

Londres, à l’époque victorienne. Un comptable notoire se jette de sa fenêtre à la suite d’horribles hallucinations ; on conclut au suicide. Non loin de là, le jeune John Watson entre à la prestigieuse Académie Brompton, un internat pour adolescents où il fait la connaissance d’un certain Sherlock Holmes. Le sens de déduction prodigieux de ce dernier en fait la coqueluche de l’école. Mais pendant que le détective en herbe poursuit ses études, les meurtres se succèdent, de plus en plus étranges. Lorsque son mentor, le professeur Waxflatter, succombe à son tour, Sherlock Holmes décide de mener l’enquête, épaulé par Watson…

Young Sherlock Holmes
La belle affiche américaine de Young Sherlock Holmes (Photo credit: Wikipedia)

Avis sur le Secret de la Pyramide (Young Sherlock Holmes) :

Ce mélange d’Indiana Jones (et le temple maudit), des Goonies , de La Momie, des Gremlins… et de la saga Harry Potter (l’école de Sherlock et les scènes à Brompton renvoient à Poudlard) fait un peu « gloubiboulga » pour les adultes, mais le scénario, classique, tient la route.

La relecture du personnage est intéressante. Sherlock passe de l’état de jeune homme amoureux et émotif à un adulte presque trop sérieux. Les puristes s’offenseront de cette interprétation tandis que les cinévores s’en amuseront.

Certains dialogues sont très amusants, par exemple :
« – C’était une fille !
– Brillante déduction, Watson! »

 

Étrangement, les effets spéciaux (nommés aux Oscars) n’ont pas vieilli. Il s’agit du premier film où un personnage (le chevalier qui prend vie dans la scène du vitrail – la plus réussie) est entièrement conçu par ordinateur grâce à un certain John Lasseter (Pixar). Il a fallut quatre mois pour parvenir à ce résultat.

youngsherlockholmes
Nicholas Rowe dans Le secret de la pyramide |Copyright Carlotta Films

La touche Spielberg se retrouve dans la cruauté et la violence de certaines séquences d’un film pourtant destiné aux plus jeunes.

Cela n’empêche pas le film de perdre son intensité au fil de l’histoire, sans doute à cause d’un casting manquant un peu de charisme. D’ailleurs, Nicholas Rowe, alias le détective, n’a d’ailleurs rien fait de marquant depuis au cinéma. Malgré des clins d’œil appuyés (E.T. par exemple), « Le secret de la pyramide » ne parvient jamais à dépasser le genre pour s’imposer comme une référence. Et pourtant, à voir ce générique de fin qui réserve une surprise, on imagine que les créateurs avaient l’idée d’une suite. Mais ce Young Sherlock Holmes fut un fiasco total, ne rapportant même pas un quart de son budget au box office.

Cover of "Young Sherlock Holmes"
Young Sherlock Holmes

Note :  Cet avis a été publié en  2010 sur Ecran Noir. Je l’ai légèrement modifié dans sa présentation. Je me trouve un peu sévère aujourdhui : l’esprit eighties du film est divertissant. Et revoir ce Sherlock Holmes est une perspective assez réjouissante. Sûrement son effet « madeleine de Proust ». A noter que depuis, les séries TV se sont emparées du personnage de Sherlock Holmes et en proposent des variations originale comme dans Elementary ou Sherlock Holmes (interprété par Benedict Cumberbatch).

 

LE SECRET DE LA PYRAMIDE

(Young Sherlock Holmes)

Date de sortie : 26 mars 1986 (1h 49min)

De Barry Levinson
Avec Nicholas Rowe, Alan Cox, Sophie Ward ..
Film américain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :