[Théâtre] L’ÉLIXIR D’AMOUR – de Eric-Emmanuel SCHMITT – Avec Marie-Claude PIETRAGALLA

Hélène a vu « L’Elixir d’Amour »de et avec Eric-Emmanuel SCHMITT au Théâtre Rive Gauche.
Une pièce parfaite pour la Saint Valentin qui approche ?

 

ELIXIR_2981744546999441276AVIS

Un beau texte servi par deux comédiens inspirés

On s’attend peu à voir monter sur scène, en tant que comédienne, une danseuse d’exception, qui par définition s’exprime d’habitude seulement avec son corps (outil essentiel du comédien, certes, mais utilisé d’une façon bien différente). On ne saurait douter de sa présence scénique, bien sûr, mais saura-t-elle s’exprimer de façon convaincante au travers de mots ?

On est également peu habitué à voir un auteur réputé internationalement, dont les pièces sont depuis des années jouées par des comédiens d’envergure, monter lui aussi sur scène, pour jouer son propre texte. Car s’il sait merveilleusement bien manipuler les mots par écrit, saura-t-il leur rendre justice à l’oral ?

Marie-Claude Pietragalla et Eric-Emmanuel Schmitt se lancent ensemble dans cette aventure, jouant dans « L’Elixir d’amour » un couple fraîchement séparé qui entame une relation épistolaire, leur sujet de conversation étant bien sûr l’amour : peut-on le provoquer ? Peut-on inspirer l’amour à n’importe qui, pourvu qu’on l’ait décidé ? Ce questionnement donnera lieu à de nouvelles expériences amoureuses qu’ils se racontent, se provoquant mutuellement…

On se demande alors si cette immense danseuse et ce tout aussi immense écrivain seront à la hauteur du défi qu’ils se sont lancé, car certains s’autorisent, de par leur nom, à sortir de leur domaine de compétence officiel pour en explorer un autre, au risque d’y laisser quelques plumes…

Mais pour notre plus grand bonheur, point de plumes égarées sur la scène du Théâtre Rive Gauche !! Marie-Claude Pietragalla et Eric-Emmanuel Schmitt relèvent le défi haut la main, parfois drôles, parfois touchants, très investis et toujours justes.

Pietragalla a l’habitude de la scène évidemment, elle y est forcément chez elle : si on n’est pas étonné de la présence qu’elle dégage, on est en revanche ravi de la voir si bien servir un texte. Mais on est particulièrement surpris par la performance de Schmitt, qui semble avoir passé sa vie sur les planches tant il y est à l’aise ! Ce n’est pas juste un bon comédien, c’est un très bon comédien !

La mise en scène sobre et efficace repose essentiellement sur le texte, finement écrit, et sur l’interprétation de ces deux grands artistes.

Pas un regard échangé entre eux tout au long de la pièce, et pourtant, ils sont là, bien ensemble, et on y croit ! Car bien qu’ils se partagent l’espace scénique de façon parfaitement équitable, lui est censé être à Paris et elle à Montréal. Ils discutent par mail et réagissent en direct au récit de leur partenaire, de sorte qu’un véritable dialogue s’instaure petit à petit entre eux : après avoir chacun investi son espace, à bonne distance l’un de l’autre, au fur et à mesure que la pièce avance ils parviennent à franchir la frontière imaginaire qui est censée les séparer. En effet, la scène est divisée en deux espaces parfaitement symétriques : lui à gauche, elle à droite, chacun disposant d’une table et d’une chaise, ainsi que d’un banc : les deux bancs côte à côte permettant par moments un rapprochement physique sans lequel le miracle n’opérerait sans doute pas.

(c) Fabienne Rappeneau
(c) Fabienne Rappeneau

Cet « Elixir d’amour » n’est pas sans rappeler « Love letters » ou « Inconnu à cette adresse », deux œuvres théâtrales basées sur des lettres échangées, dans le premier cas, par un homme et une femme qui se sont aimés toute leur vie sans jamais concrétiser leur amour, et dans le deuxième cas, par deux amis, l’un allemand, l’autre juif américain, au moment de la montée du nazisme (le thème n’a bien sûr ici rien à voir, mais sur le plan formel c’est très similaire). On pense également aux « Liaisons dangereuses », pour la forme mais aussi pour le thème de la manipulation amoureuse… D’ailleurs, « L’Elixir d’amour » était un roman avant que Schmitt ne décide de l’adapter pour le théâtre.

Sans renouveler le genre, la pièce de Schmitt est donc un exercice très réussi à tous points de vue. Un beau texte servi par deux comédiens inspirés, que demander de plus ? On a hâte de savoir si les deux artistes, suite à cette expérience, se lanceront dans une carrière de comédiens à plus long terme… !

 

Hélène Lailheugue

***
L’ELIXIR D’AMOUR

Avec Marie-Claude PIETRAGALLA et Eric-Emmanuel SCHMITT

Mise en scène : Steve SUISSA

Depuis le 14 janvier 2015 à 19h du lundi au samedi au Théâtre Rive Gauche.

www.theatre-rive-gauche.com

 

Synopsis:

Séparés, Louise et Adam habitent désormais à des milliers de kilomètres. Si lui est resté à Paris, elle l’a fui à Montréal. Pourtant, ils ne peuvent se passer l’un de l’autre. Par mail, ils se lancent un étrange défi : provoquer l’amour à coup sûr. Mais qui sera la victime ? Qui sera la proie ? Ce jeu qu’est l’élixir d’amour – un piège qui provoque la passion – ne cache-t-il pas une autre manipulation ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.