Le Genou de Claire
[Théâtre] Les Lois de La Gravité avec Florence Loiret-Caille et Dominique Pinon – Les écrans de Claire
Menu Fermer

[Théâtre] Les Lois de La Gravité avec Florence Loiret-Caille et Dominique Pinon

Avis sur la pièce LES LOIS DE LA GRAVITE par Michèle, du théâtre très cinéphile…

 

lois de la gravité affiche

Le charmant théâtre Hebertot est un écrin idéal pour un huis-clos.
Même s’il est étonnant,dans ce décor raffiné du 19 ème siècle, d’avoir campé le cadre froid d’un commissariat de police de province.
Mais pour apprécier cette pièce intimiste, il est important de voir les acteurs de près, de très près surtout quand les deux rôles principaux s’appellent Dominique Pinon et Florence Loiret-Caille.

N’ayant pas lu le roman de Jean Teulé, je ne peux dire si l’adaptation est fidèle au livre.

En tout cas, j’ai été happée par cette histoire d’autant plus poignante qu’elle est inspirée d’un fait divers réel.

C’est l’histoire d’un flic de permanence qui espérait passer une nuit tranquille et qui voit débarquer une femme en pleurs venant s’accuser d’avoir tué son mari.
Mais, curieusement, cette femme est prise de remords, à quelques heures de la date de péremption du crime, survenu dix ans plus tôt.

Dominique Pinon incarne ce lieutenant de police avec beaucoup d’humanité.
Il sait être drôle et émouvant. Au premier abord il est plutôt revêche mais il va rapidement devenir attachant en dévoilant sa vulnérabilité et sa générosité.
Il réunit toutes ses forces, qu’on sent pourtant amenuisées , pour essayer de sauver cette inconnue.
Devant cette femme qui se dévoile devant lui , il est amené à faire le constat peu brillant de sa propre vie.

Ce rôle nous convainc une fois de plus qu’il est un acteur très talentueux.

La femme, à la fois coupable et victime  dont on ignore l’identité est interprétée avec une grande émotion par Florence Loiret-Caille.
On sent cette jeune comédienne totalement investie par le rôle de cette femme déchirée par la culpabilité, en proie à une réelle dépression.
Elle dégage une grande sensibilité quand elle évoque la brutalité de son mari et et quand elle parle avec affection de son métier de factrice.

Son discours est haletant tout au long de la pièce. Un rôle très touchant qui semble particulièrement éprouvant.

Adapté au cinéma pour le film « Arrêtez- moi «  ( un film de Jean-Paul Lilienfeld avec Sophie Marceau, Miou-Miou), ce face- à- face entre deux êtres humains, dont le point commun est le désespoir , mérite le détour .

C’est une pièce grave mais non déprimante car Jean Teulé excelle dans la dérision surtout quand il s’agit du thème de la mort .(On retrouve parfois l’humour de son « Magasin des suicides« . )

La mise en scène est sobre et réussit à créer une tension réelle mais pas trop lourde.

C’est beau et puissant, tout simplement humain.

 

 

LES LOIS DE LA GRAVITE.

d’après le roman éponyme de Jean Teulé

au Théâtre Hébertot

Mise en scène de Anne Bourgeois

Vendredi, 21 heures, dans le commissariat d’une petite ville portuaire.
Un policier fatigué, à la sensibilité aussi triviale que poétique, reçoit la visite d’une jeune femme qui, rongée par la culpabilité et la nécessité de payer pour sa faute, vient se dénoncer pour le meurtre de son mari, dix ans plus tôt.
Mais le temps passe et dans quelques heures, le délai légal pour se constituer prisonnière sera dépassé.
 
Cette âme pure, victime de violences conjugales, se retrouve aux prises avec un officier convaincu qu’il doit la protéger d’elle-même. Un face à face poignant et désopilant entre deux êtres brisés, décalés, magnifiques.
 
Durée : 1h20
 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :