Menu Fermer

[Théâtre] LES VIOLETTE

LES VIOLETTE

Une pièce d’Emmanuelle Destremau

Comédie Nation

du 15 octobre au 28 novembre 2015

1h15 de plaisir schizophrène.
image

Synopsis :

Violette, une petite fille à l’imagination sans limites est le centre et le pilier d’une folie sans fin.
Elle porte l’histoire de sa famille et se raconte d’autres histoires pour continuer à vivre.
Elle devient sa mère, son oncle , qui ne sont que des versions infinies d’elle – même.
Elle réinvente ses souvenirs , sa vie , sa famille.
C’est sa lutte pour grandir et devenir adulte.
Un texte étonnant qui bouscule , émeut et fait rire.

Avis :

La vie de Violette , c’est pas rose, tous les jours !

Violette a 6 ans.
Sa mère Madeleine l’oblige à manger de la tête de veau , de la cervelle , ou de l’andouillette , tout ce qu’elle déteste …
Un médecin essaie de lui tirer les vers du nez , une assistante sociale insiste également pour connaître son lourd secret.
Et puis, il y a cet oncle Alipio, personnage fantasque, qui prend beaucoup de place dans son existence .

Pour interpréter l’intrépide enfant et son entourage , trois jeunes femmes sautillent , bondissent , et enchaînent les rôles à une vitesse folle…et à tour de rôle .

Marie Duchateau , Laure Millet et Sabine Moreau sont vraiment formidables.

Elles ont une diction parfaite et maîtrisent avec talent leur texte.

On sent leur enthousiasme à mettre à l’honneur un texte intéressant mais complexe …

Un exercice difficile dont les trois comédiennes s’acquittent avec brio , aidées par la mise en scène très vive d’ Houdia Ponty.

Tout va très vite, peut-être parfois un peu trop, dans cette pièce qui exige de la part du spectateur un effort de concentration.

Le ton est léger mais le sujet est grave.

C’est surprenant , pathétique et déjanté.

Un spectacle qui a beaucoup de caractère et qui mérite de la reconnaissance.

Michèle

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :