Le Genou de Claire
[Avis] Le Musée des Merveilles (Wonderstruck) de Todd Haynes – Les écrans de Claire
Menu Fermer

[Avis] Le Musée des Merveilles (Wonderstruck) de Todd Haynes

Le dernier film de Todd Haynes  est une adaptation d’un roman jeunesse. « Le Musée des Merveilles » était en compétition au Festival de Cannes et nous raconte le destin croisé de deux jeunes enfants atteints de surdité, à deux époques différentes. Le film sortira sur nos écrans le 15 novembre 2017.
C’est l’auteur du roman, Brian Selznick, qui a signé le scénario… Bon signe ou mauvaise idée ? Voici mon avis.

Synopsis :

Adapté du roman de Brian Selznick, l’auteur de HUGO CABRET, LE MUSÉE DES MERVEILLES suit sur deux époques distinctes les parcours de Ben et Rose. Ces deux enfants souhaitent secrètement que leur vie soit différente ; Ben rêve du père qu’il n’a jamais connu, tandis que Rose, isolée par sa surdité, se passionne pour la carrière d’une mystérieuse actrice (Julianne Moore).

Lorsque Ben découvre dans les affaires de sa mère (Michelle Williams) l’indice qui pourrait le conduire à son père et que Rose apprend que son idole sera bientôt sur scène, les deux enfants se lancent dans une quête à la symétrie fascinante qui va les mener à New York.

AVIS : Le Musée des Merveilles, frappé par la grâce / Wonderstruck, sign of the times…

Coup de cœur. Ou Coup de foudre…  Todd Haynes réalisateur au sommet, adoubé par son « Carole » a choisi d’adapter un conte aux thématiques multiples.
J’ai adoré la narration à double temporalité, le travail sur le montage, le son, l’image alternant le muet, le parlant, la couleur, le noir et blanc, les prises de vues réelles et l’animation…

Je me suis doutée assez rapidement du lien familial entre les deux jeunes héros mais ce n’est pas gênant, l’émotion est quand même là. Le film nous parle d’amitié, d’amour, de deuil et aussi de trouver sa place dans le monde.

C’est un film tendre, nostalgique mais dans le bon sens du terme. Julianne Moore incarne une double rôle dont celui d’une actrice du muet… Elle est très bien dans les deux rôles.

Le film de Todd Haynes aborde le sujet du handicap et de la surdité. La révélation du film est d’ailleurs Millicent Simmonds, jeune actrice sourde et muette. L’idée de placer son personnage dans les années 20, et de faire de sa mère une actrice de films muet permet à Todd Haynes toute une réflexion. Le jeune Oakes Fegley, en grandissant, n’a rien perdu de son expressivité – on a pu le voir petit garçon dans Peter et Elliott le dragon. Mais tous les acteurs sont bien choisis.

L’esthétique du film est remarquable, variée et très travaillée. New York City est ainsi montrée sous deux aspects différents, en noir et blanc ou en couleur selon les époques. C’est aussi un beau clin d’œil aux musées de la ville…

« Le musée des merveilles » est même un véritable tour de force technique.

Que l’on apprécie ou non l’histoire, on ne peut que remarquer la belle mise en scène et mise en images de ce conte pour enfants et adultes. Je vous conseille donc de découvrir en salles « le  Musée des Merveilles » le 15 novembre prochain.

Émission La Grande Séance à réécouter sur seanceradio.com

 

  •  BANDE-ANNONCE présentée par les jeunes acteurs du film (VOST et langue des signes.)

LE MUSÉE DES MERVEILLES

LE NOUVEAU FILM RÉALISÉ PAR TODD HAYNES (CAROLLOIN DU PARADIS)

avec OAKES FEGLEY, JULIANNE MOORE, MICHELLE WILLIAMS

et pour la première fois à l’écran MILLICENT SIMMONDS

D’APRÈS UN ROMAN DE BRIAN SELZNICK
(HUGO CABRET)

LE 15 NOVEMBRE 2017  AU CINÉMA

Cannes Film Festival
(Photo credit: Wikipedia)

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :