Menu Fermer

(Lecture) Apocalypse show, quand l’Amérique d’Anne-Lise Melquiond

Apocalypse Show.

Sous ce titre évocateur, clin d’œil au film de Francis Coppola, se cache un essai édifiant sur la façon dont la fin du monde est envisagée dans les séries télévisées américaines depuis le 11 septembre 2001.

Voici la présentation de l’éditeur, Playlist Society :

Zombies, extraterrestres, holocauste nucléaire, robots androïdes, disparitions mystérieuses et virus exterminateurs sont révélateurs de la grande peur des États-Unis : la chute de la nation. Les catastrophes et le « monde d’après » hantent les séries télévisées américaines, surtout depuis les attentats du 11 septembre 2001. The Walking DeadBattlestar GalacticaThe LeftoversThe 100 : ces versions du cataclysme, ces mises en scène de la survie rejouent, chacune à leur façon, l’Histoire américaine, sa violence, ses ruptures, ses conquêtes et ses frontières, et lui offrent une catharsis.

En banalisant les images de la catastrophe, les séries post-apocalyptiques habituent les gens au spectacle du « pire », sans pour autant les confronter aux menaces réelles que connaît la Terre aujourd’hui, du réchauffement climatique aux désastres industriels. Car comme le démontre Apocalypse Show, quand l’Amérique s’effondre, les États-Unis préfèrent imaginer la fin du monde plutôt qu’envisager la fin du capitalisme.

Ce texte de 160 pages est composé d’une introduction, d’une conclusion, d’une annexe et de trois parties- relativement égales- intitulées  »Le temps de la fin », »La fin des temps’ ‘et ma partie préférée :  » Guide de survie en milieu apocalyptique »

L’autrice, Anne-Lise Melquiond, enseigne l’histoire et la géographie. Elle fait le lien entre les images de catastrophes diffusées par une série télévisée et l’histoire américaine.

Elle a choisi un abondant corpus de séries (pourtant limité géographiquement et chronologiquement.)

Cet essai nous démontre de manière pertinente, voire percutante, que l’Histoire n’est qu’un éternel recommencement, et que l’Amérique rejoue sans cesse ses guerres passées… comme dit dans le résumé de l’éditeur, on découvre dans ce livre comment on fait accepter ( de manière plus ou moins consciente) au spectateur la gestion politique de la catastrophe en le préparant au pire, en le faisant relativiser… tout en évitant d’aborder les menaces réelles que sont par exemple le réchauffement climatique ou la montée de l’intolérance.

Idée très intéressante également : la narration longue des séries permet de raconter des histoires où la fin des temps n’en finit pas d’arriver.

La conclusion nous rappelle que même dans les situations désespérées, on peut trouver une raison de vivre, trouver de l’espoir.

 »Les survivants doivent penser leur époque afin de le rendre la survie plus supportable, de pouvoir accepter ce monde qui vient, après violent point accepter ce monde comme le seul possible leur permet de ne plus le subir de ne plus seulement survivre mais de vivre enfin pleinement.  » ( Apocalypse Show, p. 135)

L’autrice ayant rédigé une thèse intitulée  »Apocalypse et fin du monde dans les séries télévisées américaines », je redoutais un style académique, avec de longues notes de bas pages. Or l’essai est tout à fait abordable et facile à lire.

J’ai dévoré cet ouvrage même si je n’ai vu que très peu de séries citées. Alors bien sûr il y a des spoilers mais ils sont très limités, cela n’empêche pas d’avoir envie de découvrir les séries.

On trouvera en annexe la liste non exhaustive des séries apocalyptiques américaines post- 2001, une liste organisée par typologie de catastrophe (et par plausibilité / crédibilité! ).

Avec  »Apocalypse Show », Anne-Lise Melquiond signe un essai d’un grande qualité intellectuelle.

Encore une réussite pour l’ éditeur Playlist Society ! A noter que ce texte que ce livre s’accorde à merveille avec deux autres ouvrages publiés par cet éditeur :  »Géographie zombie » et  »The Leftovers‘ ‘(analyse de la série de D. Lindelof.)

Pour aller plus loin, voici le lien de l’entretien vidéo de l’autrice par Samir Ardjoum (Microciné) [Voir]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :